direct

Les Arshitechs...

À quoi s’attendre du 64e tournoi international Pee-Wee de Québec?

Date de parution

11 Fév. 2024

Rédaction

Alex Fortin

Catégorie(s)

Sports

La fièvre du hockey s’est définitivement emparée de Québec à l’occasion de la 64e édition du tournoi international Pee-Wee de Québec. En 2024, c’est un total de 120 équipes provenant de partout dans le monde qui auront la chance de prendre part au prestigieux tournoi.

 

Parmi les visiteurs, on y retrouve 19 équipes européennes dont le Select de l’Ukraine (AA-Élites) de retour pour une deuxième année de suite. Chose certaine, les jeunes ukrainiens pourront compter sur l’appui de la foule. Cinq équipes asiatiques ont également effectué le voyage vers la Capitale-Nationale. Parmi ceux-ci figure « Team Kazakhstan » dans la classe AA. Lorsque interrogé à propos de son expérience jusqu’à maintenant, l’entraîneur-chef Sergey Sherveney, n’avait que de bons mots « C’est comme une grande célébration de hockey et on veut profiter le plus possible, même si on est tous un petit peu nerveux. » Le Select du Japon, les Typhoons de Hong-Kong, le Zenith de la Corée du Sud et les Dolphins de Chadwick complètent le quintuplé.

 

Une ambiance hors du commun

Depuis 2015, le tournoi se déroule au Centre Vidéotron, aréna de 18 259 places. Construit dans le but d’accueillir une équipe de la LNH, l’amphithéâtre en impressionne plus d’un. Pour plusieurs parents américains qui en étaient à leur première expérience à Québec, le spectacle est incroyable. « J’ai visité plusieurs arénas de la Ligue Nationale et celui-ci se classe parmi les meilleures. » « Il y a tellement de personnes aujourd’hui c’est fascinant. C’est du Pee-Wee après tout. » L’an dernier à pareille date, l’ensemble des billets avaient trouvé preneur lors du duel opposant Team Ukraine Select aux Bruins de Boston.

 

L’opportunité d’une vie

Le plus grand tournoi de hockey mineur au monde se déroule dans la Capitale-Nationale. C’est l’endroit idéal pour se faire un nom, et ce dès le plus jeune âge. Au fil des années, de nombreuses vedettes ont eu la chance de participer à ce mythique tournoi. On peut notamment penser à Wayne Gretzky, Connor McDavid ou même encore Connor Bedard. Pour plusieurs jeunes, c’est une chance en or de joueur dans un tournoi de la sorte. C’est ce que m’a raconté Zane Paller, jeune gardien de but des Boston JR. Terriers. « C’est super de savoir que certains des meilleurs joueurs de la LNH ont déjà joué au même tournoi que nous. C’est un rêve pour moi, plus jeune j’ai écouté le film Pee-Wee 3D. » Lorsque questionnés à propos de la manière d’aborder chaque match devant une bruyante foule, les jeunes joueurs du Massachusetts ne semblaient pas trop nerveux. « Nous sommes classés deuxièmes aux États-Unis et nous avons remporté notre premier match. La foule nous donne de l’énergie et nous pousse vers notre objectif qui est de soulever le trophée. » Ce sentiment d’être en contrôle se ressent également pour les parents des Los Angeles JR. Kings, nous témoigne un père. « Je suis super content pour mon fils, c’est une expérience que j’aurais aimé vivre quand j’étais jeune. Je suis tout de même reconnaissant de pouvoir l’accompagner ici à Québec ». Et pour d’autres habitués de la place comme Roger, maintenant retraité, on veut en profiter au maximum. « C’est un rendez-vous annuel à ne pas manquer et l’occasion de voir les futures vedettes du hockey ».

 

Et encore plus à venir

Outre le niveau de jeu fort intéressant que proposent ces jeunes joueurs de 11-12 ans, le tournoi international Pee-Wee de Québec offre une variété d’activités. Durant l’entièreté de la compétition, les plus grands noms du monde du hockey dont Marcel Dionne, Jeremy Roenick et Manon Rhéaume seront présents sur place afin de signer des autographes. La Coupe Stanley sera également de la partie les 13 et 14 février prochain. L’occasion parfaite de se faire photographier avec le Saint-Graal du hockey. Tout un « show » en perspective, d’autant plus que le populaire Champ-Pee animera la foule! Et puis qui sait, vous croiserez peut-être Rob Brind’Amour ou Brent Burns dont les fils évoluent avec les Carolina JR. Hurricanes.