fbpx
Blogues

Membres de l’équipe d’Ars Macabra – Vince

par Keven Bélanger, le 10 juin 2019 | ARS Macabra

Vincent – chroniqueur

Je suis Vincent, chroniqueur du volet brassicole de l’émission depuis plus d’un an. Connaissant Keven depuis de nombreuses années, j’ai été honoré de son offre d’embarquer dans le projet d’Ars Macabra. Diplômé de Laval en administration des affaires en 2000, j’étais très impliqué dans le mouvement étudiant et dans la vie universitaire. D’avoir la chance de revenir dans les murs de l’Université afin de prendre part à la programmation de CHYZ est aussi une fierté et un grand plaisir. De nature très réservé dans mon adolescence, de dire que j’étais un très mauvais communicateur est plutôt faible. De faire partie de la belle équipe d’ Ars Macabra, vient à la fois combler mon plaisir de travailler en équipe et m’offre la chance d’être en confiance afin de réaliser le beau défi de faire de la radio!

Mélomane originaire de la Côte-Nord, mon tout premier spectacle fut Patrick Norman à la salle paroissiale de Baie-Trinité. Il ne m’est jamais arrivé depuis de voir un artiste arriver en hélicoptère pour son concert. En arrivant dans la Vieille Capitale, c’est Van Halen que j’ai eu la chance de voir au Colisée lors de la tournée Balance avec Samy Hagar. Mon premier show d’Iron Maiden fut celui avec Blaze Bailey, lors de la tournée X-Factor au pavillon de la jeunesse. J’ai eu la chance de revoir le groupe une dizaine de fois et de rencontrer Bruce Dickinson alors que j’assurais la sécurité pour le groupe. J’adore l’ambiance des foules, spécialement lors de spectacles métal. Slayer, Testament, Anthrax, Métallica, Ozzy, Black Sabbath sont des groupes j’ai écouté à profusion et que j’écoute encore mais qui sont surtout associé à des souvenirs inestimables de soirées entre amis et d’émotions fortes!

On peut par contre me décrire comme un enfant du grunge. Moment très déchirant et inoubliable dans la vie d’un ado, la grande déchirure se passait à l’automne 1991. Nous devions choisir et défendre nos couleurs, c’était viscéral à l’époque. D’un côté le mitigé mais énergique Black Album de Métallica, et les Use your Illusion de Guns étaient, entre autre, les signes d’un rock vieillissant. De l’autre côté on nous servait Nevermind (Nirvana), Ten (Pearl Jam), Facelift (Alice in Chains) et le très lourd Badmotherfinger (Soundgarden) qui représentait sans aucun doute l’esprit de ma génération. En fait ma génération se décrit essentiellement par le sentiment profond de n’appartenir à aucune génération. Porté vers l’avenir, je reste toujours prêt à découvrir!

L’entreprenariat, les amis, les sports et l’enseignement sont aussi au centre de ma vie, en plus de la musique et la bière! Quant à cette dernière, là aussi l’ouverture d’esprit est au rendez-vous. Je ne me ferme à rien, des blanches aux bretts, tout est bon! Mon côté bûcheron ressort par contre lorsqu’on parle d’herbes boréales sauvages. Les bières à l’épinette, au myrique baumier ou tout autre goût de bois me plaisent beaucoup. La bière, comme la musique n’a pas de barrière pour moi! J’ai une vision très cartésienne de la vie et j’ai bien l’intention de profiter au maximum de chaque instant!

Bien heureux de passer mes mardis soirs avec vous.