fbpx
Nouvelles

Chéri.e J’arrive en Acadie!

par Gabryel Arcand, le 18 août 2021 | Chéri-e j’arrive, CHYZ ARTS, Nouvelles

Un reportage de Gabryel Arcand

11 août

Sleeping bag, tente, matelas de sol, électroniques, trousse d’hygiène, linges, serviette de plage, imperméable, longboard et bouteille d’eau ; on part à l’aventure -> direction la Baie-des-Chaleurs | la Péninsule acadienne. Autoroute 85 / Route Transcanadienne 2. J’arrête un court moment à Campbellton, une petite ville en bordure de la rivière Ristigouche ou Restigouche selon les sources.

Ici on porte pu le masque depuis le 30 juillet, mais rien n’empêche certains commerçants de demander le port de celui-ci. Certains craignent le nouveau variant et d’autres profites de chaque sourire et opportunité de socialiser. Ça me fait drôle de voir la normalité revenir.

Je sors une première fois de l’auto avec mon appareil photo en espérant capté quelques moments festifs. J’ai appris que la fête acadienne, fixée en date du 15 août, est en fait célébrée toute la semaine. Je rencontre Claude Raymond, un homme social et rempli de bons vœux. Il s’intéresse aux raisons qui m’amène ici et en profite pour me parler de la Bataille-de-la-Ristigouche 1760, c’est ici que le sort de la Nouvelle France à basculé. Il me souhaite un bon voyage, arborant un sourire qui mérite sa place dans mes remerciements.

J’arrive à Petit Rocher vers 19h30. Le nord du Nouveau-Brunswick c’est beau et si c’était une tuile dans Catane ce serait assurément du bois.

Happy Hours – Gabryel Arcand

12 août

Village Acadien

À mi-chemin entre Petit Rocher et Caraquet se cache le Village Acadien où je me suis rendu le temps d’une entrevue avec la directrice marketing Mylène Dugas. Une entrevue pour les fans d’histoire, de culture et de tradition.

Entrevue

Chateau Albert – Gabryel Arcand

Caroline Savoie

C’est avec reconnaissance que l’authentique, douce et chagrinée artiste acadienne, Caroline Savoie, a performé sur la plage Foley les succès de ces deux premiers albums. Dotée d’une plume poétique, d’une sensibilité rare et d’une charmante jovialité, la jeune artiste de Dieppe s’amuse avec le public, interagit avec les bateaux, qui derrière elle, s’invitent au spectacle, tout en nous racontant ces peines d’amour. Se qualifiant elle-même de ‘’ Hopeless romantic ‘’, mais présentement follement en amour et heureuse, elle nous assure que malgré tout un troisième album arrive pour le printemps prochain !

Entrevue

Crédit photos : Julie D’Amour-Léger – Festival acadien de Caraquet

P’tit Belliveau

Quand on parle de l’Acadie, trop souvent on oublie les communautés francophones de la Nouvelle-Écosse et bien depuis déjà près de 3ans et 2 albums, le P’tit Belliveau s’occupe de nous rappeler qu’à Baie Sainte-Marie ça parle français. C’est avec le sourire aux lèvres, une introduction pitché en expression acadienne que l’auteur-compositeur-interprète et finaliste aux francouvertes de 2019 à lancé son spectacle. Devant lui, la foule est bien réchauffée, à la suite de la performance de Matt Boudreau, un artiste à surveiller, originaire de Petit Rocher. Sa musique Lo-fi/Folk guidée par ses textes amusants, raconte les banalités de la vie. D’ailleurs, Felix Duchesne qui traînait au Nouveau-Brunswick est venu me rejoindre le temps d’une entrevue avec ce déjà légendaire acadien qui enchaîne les hits. On a jasé identité, culture et bien sûr musique en direct du Super 8 de Caraquet !

Entrevue

P’tit Belliveau- Gabryel Arcand

13 août

Un imprévu à Pokeshaw

Un peu lendemain de veille, j’ai décidé de prendre ma mâtiné évaché sur une plage entre Caraquet et Petit Rocher, plus précisément à Pokeshaw. À première vue l’idée me semblait bonne. En fait l’idée est bonne, sauf quand tu es légèrement déshydraté, fatigué et que tu n’as pas considéré l’effet qu’a l’eau salée sur une peau protégée par une crème solaire bon marché.

Parallèle douteux : Spiderman se fait piquer par une araignée| Homardman se fait pincer par un homard et s’endort sur la plage en sortant de l’eau. Finalement à la fin de la journée, le seul homard cuit dans l’eau mer c’était moi.

Quand le soleil m’aura brûlé assez
J’m’en irai, j’m’en irai
Dans des voyages
Où y a pas d’soleil et pas d’nuages

Mais là, le soleil est beau
Les nuages sont aux oiseaux
J’entends les couleurs chanter
C’que les fleurs voudraient m’conter
Pis j’m’en vais, j’m’en vais
À P’tit-Rocher

Petit-Rocher – Denis Richard

Pris de fatigue et incapable de trouver confort avec mon nouveau costume de Docteur Zoidberg. Je prends ma soirée pour boire de l’eau et aller regarder les perséides sur la plage de Youghall.

14 août 

Dave Puhacz

Pour cet artiste l’Acadie c’est « La senteur fort de la mer pis la musique ». Dave Puhacz, ce chanteur country/ traditionnel natif du village de Maisonnette, illustre parfaitement les référents régionaux et culturels de sa chère Acadie. Les thématiques lyriques sont les mêmes que tout country assumé. On y parle de char, de bière, de femmes et de party. L’héritier de Cayouche connecte rapidement avec la foule qui l’accompagne en chant et danse sur son plus récent single « Appoline ». La fourche Appoline et non pas la Fourche à Pauline… comme les paroles peuvent parfois le laisser croire. Sa capacité à imager en chanson, ce que je qualifierais de ‘’ souvenirs populaires’’, a eu l’effet rassembleur souhaité à la veille du 15 août !

Menoncle Jason

Ironique et amusant, c’est en faussant, toussant 2 3 bons coups et en s’ouvrant une bière que le natif de Memramcook, non trop loin de Moncton, débute son spectacle. Son public est jeune et assurément familier avec le Chiac. J’ai pour ma part absolument rien compris des interactions entre l’interprète et son public, mais les rires et les expressions étaient au rendez-vous. Habillé de leurs plus belles robes à paillettes, sans doute pour faire référence à l’étoile de leur drapeau, un groupe de jeunes acadiennes a lancé le bal, accompagné du son country de Menoncle Jason. C’est cependant un drapeau acadien, pavoisant le Carrefour de la mer de Caraquet, qui vole la vedette et m’empêche de regarder le spectacle au travers de l’œil de mon appareil photo, pas une si mauvaise chose à vrai dire. Un spectacle unique, qui mettait bien la table juste avant Les Hôtesses d’Hilaire. Les adaptes du P’tit Béliveau ont assurément quelque chose à se mettre sous la dent, ma découverte #1 du festival.

Menoncle Jason- Gabryel Arcand

Les Hôtesses d’Hilaire

Je suis encore sans mot. La gang de Serge Brideau est complètement cinglée. Accompagné des Hay Babies, le groupe ‘’Opéra Rock’’ a donné à tous une raison de faire un Party acadien. Le spectacle, qui a pris son envol près 0h15, s’est étalé jusqu’aux petites heures du matin. Leurs costumes cyniques aux couleurs de l’Acadie s’ajoutent à leur discours engagé, contestataire, identitaire et festif. Les fanatiques du groupe chantaient chaque couplet en dansant, criant, sautant. Il paraît que le 15 août on vire fou… fiez-vous à mes dires : la foule a été frappée de plein fouet par cette folie. Il s’avérait obligatoire pour moi de m’entretenir avec les D’Hilaire pour parler Acadie et à titre d’information supplémentaire ; Serge Brideau est aussi le vice-président de la société acadienne du Nouveau-Brunswick, un regroupement ayant pour mission de protéger les droits de leur communauté.

Entrevue

Les Hôtesses D’Hilaire- Gabryel Arcand

15 août

Tintamarre

-Bon 15 août

-Bon quinzou toi pareil

– Tu fais quoi de ta journée

– Aller prendre une drink à la brokerie pis then faire un tour au tintamarre. I guess les feux d’artifices sont cancellés à cause du vent. Tu peux le voir dans les drapeaux.

– Chui down, mais il me manque dequoi d’acadien.

– Je t’ai fait un bracelet aux couleurs de l’Acadie, mais je l’ai perdu. Je trouve jamais mon chandail du quinzou rendu le temps. Y’a pour sûr un magasin à Caraquet.

– Je pense à un tit chapeau ou à des lunettes soleil. Y’a surement ça ?

[…]

– Ouain y’a juste juste des chapeaux pour enfant … XL ?

– Une chance que t’as une petite tête.

– Ah madame vous avez vraiment un beau chapeau

– Ah merci, c’est mon amie qui l’a fait. Ç’était ink 10 piasses pis j’ai une sacoche qui match avec !

[…]

– Tu bois quoi ? Check y’a une drink spécialement pour toi ( Un québecois en Acadie )

– Nice du Gin Thuya, ça va être ça I guess !

[…]

– Il est tu encore là ?

– Quoi ça ?

– Le 20$ que le monsieur à juste laisser partir au vent ?

*Se lève ramasse ce qui s’avère à être un billet de 10$*

– Merci, tin prend un 5$

– Bin voyons non ?

-Oui.

-Ok

*+5$*

* 18h la serveuse arrive avec un triangle pour le tintamarre*

-Shit faut que je prenne des photos là, on peut pas juste rester ici à boire !

[…]

– Wut une vache au centre-ville ?

– Bin oui c’est le quinzou. Ça aurait weird qu’il n’y est pas de vache.

-C’est bruyant !

-Un peu ça le but. Ça pis être heureux d’être content.

Souper au Caraquette

 Vous allez prendre une bouteille de vin, si vous la finissez pas vous pouvez l’apporter.

– Vendu comme ça … On va prendre un Pino gris.

*Un accordéon commence à être jouer*

– Hey y’a un 50e

– Hey c’est la fête à Léa

– Lol elle a le même nom que toi

– Next time c’est mon anniversaire.

– Hey peux-tu chanter Évangeline

– Je connais juste la version traditionnelle

*Évangeline, on apprend aussi que c’est la fête à Marcel plus loin dans le resto*

Faut croire que c’est la fête à tout le monde.

– Veux tu hausser le rideau ? J’aimerais voir le coucher du soleil.

Partons, la mer est belle;
Embarquons-nous, pêcheurs.
Guidons notre nacelle,
Ramons avec ardeur.
Aux mâts hissons les voiles,
Le ciel est pur et beau;
Je vois briller l’étoile
Qui guide les matelots!

Partons, la mer est belle – Auteur inconnu – interprété par Linda

Conclusion 

Je suis sur le bord de devenir un mauvais québécois et rester ici. Je suis parti le 11 et je sais pas trop quand je vais revenir, quelque part entre jeudi pis vendredi, ça l’air que c’est ma dernière journée de contrat avec CHYZ 94.3. Je vais prendre mon temps, après tout je gagne une 1h au retour.

On s’est aimé comme on se quitte
Tout simplement sans penser à demain
A demain qui vient toujours un peu trop vite
Aux adieux qui quelque fois se passent un peu trop bien

Joe Dassin- Salut les amoureux 

Il est peut-être pas acadien, mais il a comprit quelque chose.

Remerciements

Carole Doucet – Relations avec les artistes et relations de presse du festival acadien de Caraquet

Léa Doucet (la princesse des étoiles acadienne)- Étudiante à la maîtrise en littérature à l’Université de Moncton- Pour m’avoir suggéré « Pour sûr » de France Daigle, d’avoir répondu aux millions de questions anodines que je lui ai posées, avoir corrigé ma prononciation du mot Caraquet (Karakette), d’avoir partagé mes souvenirs et d’avoir aidé à la rédaction de ce texte.

Noémie Soleil Cormier – Entrepreneure, Artiste et diplômée en commerce internationale à l’Université de Bishop – Pour l’hébergement et l’hospitalité.

James – mon bénévole préféré du festival acadien de Caraquet – Pour m’avoir partager son amour de sa culture à chaque jours.

Le barista de Grains de Folie – Pour m’avoir dessiné dans mon latté

Claude Raymond – Pour m’avoir souhaité le plus beau des  »trip  » dès mon arrivée à Campbellton.