fbpx
Blogues

CITQ 2015 : Hiéroglyphes (par Arielle Cloutier)

par Émilie Rioux, le 29 mai 2015 | Chéri(e) j’arrive

Hiéroglyphe…

Cette langue dessinée, poétique, expression singulière qui reflète les traces de notre passé égyptien, une transposition imagée des contes et mythes de notre monde; c’est à ce mot et à tout le sens qu’il sous-tend que l’équipe d’Entr’actes a décidé de s’accrocher, cette année, pour leur émouvant spectacle Hiéroglyphes présenté dans le cadre du Carrefour International de théâtre et pour l’occasion du 20e anniversaire de leur organisme communautaire. Ils ont choisi de prendre le hiéroglyphe comme métaphore des traces qui voyagent avec eux et pour se permettre de dessiner dans l’imaginaire du public avec leurs mots et histoires.

Se voulant comme spectacle-récital, la proposition reste simple, intimiste malgré la grosseur de la salle Octave-Crémazie et Carrefour Théâtreempreinte d’un bout à l’autre d’authenticité. Les artistes ne misent pas sur l’illusion. Au contraire, tous et chacun s’affirment sur scène avec courage et habileté; ils s’expriment avec autant de charme que de maladresse, avec autant de talent que de défauts, bref, avec énormément d’humanité. Même si certains bafouillent, que d’autres se perdent dans la lecture de leur texte ou que la projection ne suive pas tout à fait bien le spectacle, nous restons envoûtés par le discours, les mots et la poésie puisque c’est là que réside l’âme du spectacle : dans la rencontre de ces artistes et dans le partage de leur sensibilité singulière.

Chaque artiste d’Entr’actes, ayant tous des limitations fonctionnelles telle est la mission de l’organisme, a été couplé avec un(e) auteur(e) professionnel(le) pour écrire un texte qui leur permettait de s’exprimer à leur manière. Cette rencontre a fait naître beaucoup plus qu’un travail de coaching et les auteurs se sont même inspirés de leur mentoré et de leur création pour écrire, eux aussi, un texte complétant l’autre grâce à la mise en scène. Le spectacle hiéroglyphe est donc une porte qu’Entr’actes ouvre pour permettre à ses artistes de communiquer publiquement ce qui les habitent, les souvenirs qui les hantent, leur folie imaginaire et leur regard coloré et particulier sur la vie, la mort ou tout simplement les rencontres qu’ils ont vécus.

Chaque spectateur ne peut repartir indemne du spectacle. On sort de la salle le cœur gros, ému ou bouleversé de la rencontre qu’on a vécu et on chérit nos coups de cœur de la soirée, comme, pour ma part, les duos de Jean-François Plante avec Arleen Thibault, de Cédrick F. Verner avec Patric Saucier et de Roselyne Chevrette avec Véronique Côté. Les traces personnelles qu’ils ont partagées deviennent les miennes et je garde en mémoire les rires et les larmes qu’ils ont fait éclore avec leurs mots.

Malheureusement, l’expérience ne pourra pas se répéter parce que l’équipe d’Entr’actes avait prévu pour le spectacle qu’une seule représentation et ne prévoit pas continuer la diffusion. Néanmoins, ils ne sont pas à leur dernier spectacle! Je vous invite, donc, à suivre leur programmation et à les rencontrer de nouveau ou pour la première fois. Vous ne serez certainement pas déçu!

Texte : Arielle Cloutier
Photos : Vincent Champoux et Nicola-Frank Vachon

C’est pas terminé!