fbpx
Blogues

CITQ 2015 : Murmures des murs (par Leïka Morin)

par Émilie Rioux, le 1 juin 2015 | Chéri(e) j’arrive

Suite à un périlleux voyage transatlantique, la compagnie des Petites heures est enfin parvenue à nous présenter Murmures des murs, vendredi soir dernier, au théâtre de La Bordée. La malchance semblait poursuivre l’équipe de ce spectacle, car, en plus d’un retard de livraison du dé- cor, Aurélia Thiérée, l’actrice principale, s’est blessée lors de la première, ce qui a causé une interruption forcée ainsi que l’annulation des autres représentations.

Carrefour ThéâtreHeureusement, les prouesses des premières minutes ont su combler les spectateurs assoiffés de rêve et de magie… Une fine pluie de poussière tombe du plafond de l’appartement. Elle doit quitter avant que les murs ne s’effondrent et deviennent ruines du passé. Elle range les objets dans les boîtes, mais ils refusent d’y rester et s’enfuient. Sont-ils vivants, eux-aussi? Puis, à travers le papier bulle et le carton, elle découvre une créature fantastique qui enclenche une longue série de rencontres poétiques. Allant ici et là, elle se promène dans Venise. Accueillie par les secrets que gardent les murs, elle revit les souvenirs avec les fantômes qui y habitent. Que cherche-t-elle? Que trouvera-t-elle? Les questions s’agitent dans notre esprit, mais s’estompent rapidement; la poésie l’emporte sur la raison et la quête de sens. On n’a qu’à se laisser immerger par ce rêve théâtral pour voyager avec elle entre les murmures tandis que notre imaginaire tisse les liens entre les scènes qui s’enchaînent au rythme de la musique.

Peu de répliques dans ce court spectacle mis en scène par Victoria Thiérée-Chaplin qui a plutôt exploré les univers visuels du mime, de la danse, de la marionnette et du cinéma muet. L’interprète féminine s’amuse donc à sauter d’une discipline à l’autre avec une grâce continuelle et capte les regards, sensibles aux moindres détails, qui appréhendent avec plaisir la prochaine surprise. Espérons qu’ils seront bientôt de retour dans la ville de Québec afin de séduire tous ceux et celles qui n’ont pas eu la chance d’être témoins de cette merveille artistique.

Texte : Leika Morin
Photos : R. Haughton

C’est pas terminé!