Blogues

Thomas Fersen – Un coup de queue de vache

Capture d’écran 2017-02-09 à 10.04.51
par Cyril Schreiber, le 9 février 2017 | Chéri(e) j’arrive, Critiques musicales

Changement dans la continuité pour l’un de nos chouchous, le chanteur français Thomas Fersen. Changement, car son dixième album studio, Un coup de queue de vache, ne paraît pas sur l’étiquette Tôt ou tard, une première depuis le début de sa carrière, une prise de liberté forcée mais peut-être salutaire. Continuité, car on retrouve les ingrédients de son succès des beaux jours : superbe pochette signée Jean-Baptiste Mondino, bestiaire toujours aussi amusant dans les textes, vieux complices comme musiciens (Pierre Sangra, Cyrille Wambergue) et retour de Joseph Racaille aux arrangements baroques.

Ce sont ces derniers la grande force de cet album de celui qui nous a visité l’été dernier avec un spectacle solo : Racaille livre un superbe travail grâce au quatuor à cordes omniprésent qui apporte une élégance à ces nouvelles chansons. À tel point que les arrangements occultent parfois les textes toujours aussi surréalistes de Fersen, qui valent aussi la peine d’être écoutés attentivement, au même titre que les mélodies.

Ces textes, justement, continuent d’explorer le répertoire animal, notamment autour de la thématique de la ferme (et de la Bretagne, sa terre d’accueil). Tel un Jean de La Fontaine moderne, Thomas Fersen use de la fable animalière pour parler de l’humain, comme dans As-tu choisi ? où, d’une voix chaude et posée sur fond de piano, le chanteur énumère toutes sortes d’animaux avant de poser LA question, celle qui résume en somme sa carrière : « Pour le voyage/Et pour la vie/As-tu choisi/Ton tatouage ? ».

11 titres entraînants et classes à la fois, drôles, en apparence légers mais qui cachent souvent une nostalgie du paradis perdu qu’est l’enfance. Le seul intrus de l’album, une excellente reprise de Testament de Fred Fortin avec lequel il avait travaillé sur Trois petits tours (2008), s’insère étonnamment bien dans cet album assez court sur lequel on reviendra plusieurs fois sans aucun doute, ne serait-ce que pour déguster les textes et les arrangements à leur juste valeur, et finir par y trouver de nouveaux coups de cœur… en attendant de revoir Thomas Fersen sur scène, où ces nouvelles chansons prendront sans doute leur plein potentiel.

Cyril Schreiber

Auteur : Cyril Schreiber