fbpx
CHYZ Arts

Critique de Franck Dubosc – Fifty/fifty (Grand Théâtre de Québec)

par Cyril Schreiber, le 20 décembre 2019 | Chéri(e) j’arrive, CHYZ ARTS

Franck Dubosc est surtout connu au Québec pour ses spectacles à Montréal avec son grand ami Stéphane Rousseau il y a maintenant plusieurs années. Curieusement, il ne s’était jamais produit dans la capitale. L’erreur a été corrigée jeudi soir au Grand Théâtre de Québec avec le présentation de son cinquième spectacle, Fifty/fifty, dans une salle Louis-Fréchette très bien remplie.

Il est bien loin le temps du Dubosc séducteur et macho – il s’affiche désormais serein, marié et père de deux enfants. Dans ce spectacle sans filtre, sans tabou, l’humoriste français aborde sa cinquantaine (et des poussières…) avec positivisme, légèreté et bien sûr beaucoup d’humour. Dubosc, même s’il en rajoute une couche pour la scène, utilise beaucoup de sa propre vie pour parler de cette décennie où “on est trop jeune pour les vieux et trop vieux pour les jeunes”. Plusieurs effets sonores (extraits de dialogues de ses enfants, chansons) ponctuent ainsi cette soirée thématique au rythme imparable et à la drôlerie constante, même si en seconde moitié les gags tombaient hélas souvent plus en-dessous de la ceinture.

Celui qui a joué dans plus d’une trentaine de films en plus d’en réaliser un (Tout le monde debout, 2018) n’a pas hésité à vraiment adapter Fifty/fifty pour le Québec en y insérant plusieurs références locales, tout en s’amusant à bon nombre de reprises avec certains spectateurs des premières rangées. C’est d’ailleurs ce sens de la répartie, doublé d’un mordant et d’un aspect (faussement) prétentieux “à la française”, qui impressionne le plus chez Franck Dubosc, qui a fait rire la salle à (presque) tous les coups. Ce qui lui confère sans aucun doute, malgré quelques facilités, le titre de meilleur dans son domaine – et le public de Québec a enfin pu le constater.

Le site officiel de Franck Dubosc, sa page Facebook et non pas une mais deux bandes-annonces du spectacle.

Cyril Schreiber