Blogues

Critique de Windigo d’Alexandre Désilets @ Grand Théâtre de Québec

par Cyril Schreiber, le 3 décembre 2017 | Chéri(e) j’arrive

Projet ambitieux pour Alexandre Désilets, d’abord sur disque en 2016 puis sur scène au Grand Théâtre samedi soir : une relecture symphonique de son répertoire intitulée Windigo, enregistré au Studio 12 de Radio-Canada.

Accompagné par non moins de 16 musiciens sous la direction musicale de François Richard, qui signe ces nouveaux arrangements (pour lesquels il a reçu un Félix) en plus d’officier au piano, Désilets a ainsi exploré ses chansons en version symphonique, souvent de manière grandiloquente, parfois de manière plus intimiste. Et ce fut un véritable régal pour le public présente, peu nombreux mais enthousiaste, de redécouvrir son matériel sous cet angle.

Comme fil conducteur, le titre du spectacle fait référence à une légende amérindienne évoquant l’abus, l’excès de l’homme, son arrogance face à la nature. Et il est vrai que dans les chansons plus récentes du chanteur québécois, on retrouve un peu cet aspect social engagé, où il interroge la place de l’homme dans la société, souvent sur fond de fin du monde.

Peu joué souvent, pour des raisons économiques et d’horaire qu’on peut deviner, Windigo offre néanmoins à chacune des sections d’instruments son quart d’heure de gloire. Que ce soit les trois cuivres, les quatre cordes (parmi lesquelles Benoît Cormier de l’OSQ), les quatre vents, ou la section rythmique (avec notamment les vieux routiers Alexis Martin à la batterie et Mathieu Désy à la contrebasse), tous avaient un point commun, visible et communicatif : le plaisir de jouer ensemble. Quand en plus ce sont des bonnes chansons, que demander de plus ?

Certes, la recette lève plus ou moins sur quelques chansons, et le rendu final se déploie sans doute avec plus de nuances sur disque que sur scène. Mais la transposition symphonique sur les planches, malgré l’absence de projections vidéo existantes sur d’autres représentations, est sans contredit une réussite. D’autant plus rare qu’il faut la savourer pleinement quand elle passe pas loin de chez soi.

Le site officiel, le Bandcamp, la page Wikipédia sur le Windigo et la setlist.

Cyril Schreiber

Auteur : Cyril Schreiber