fbpx
CHYZ Arts

Critique du spectacle de Lou-Adriane Cassidy (Grand Théâtre de Québec)

par Cyril Schreiber, le 4 avril 2019 | Chéri(e) j’arrive, CHYZ ARTS

C’était soir de relève mercredi au Grand Théâtre de Québec. D’abord, en première partie, Ariane Roy, inconnue au bataillon, qui s’est avérée être une amie d’enfance de la tête d’affiche. Seule sur scène avec sa guitare électrique, la jeune chanteuse a proposé quelques chansons, dont son futur premier single, Adèle, qui sortira dans un mois environ. Belle assurance sur scène, airs jazzy, paroles pas inintéressantes : on surveillera son nom dans les prochains temps, d’autant plus qu’elle fait partie des finalistes des Apéros FEQ.

La “tête d’affiche” de la soirée restait bien sûr Lou-Adriane Cassidy, découverte Radio-Canada. Il y a ceux qui la connaissaient déjà à Québec, outre famille et amis, pour l’avoir vue aux côtés de sa mère Paule-Andrée Cassidy ou dans le groupe d’Hubert Lenoir, par exemple, et ceux pour qui son nom est encore inconnu. On suggère fortement à ces derniers de se précipiter sur son premier album paru en février dernier, C’est la fin du monde à tous les jours. Et se surveiller ses prochains spectacles, car elle est aussi convaincante dans l’un que dans l’autre.

C’était d’ailleurs une sorte de lancement d’album dans cette salle Octave-Crémazie certes pas remplie à pleine capacité, mais contenant un public enthousiaste et attentif. Dès la première chanson, l’excellente Ça va ça va, jouée avec les lumières de la salle allumées, le ton était donné : la qualité allait être au rendez-vous pour presque toute la soirée, en dépit d’une ou deux interventions plus maladroites.

Crédit : John Londono

Avec Cassidy, accompagnée ce soir-là par la fine fleur des musiciens de Québec (Simon Pedneault, Vincent Gagnon, PE Beaudoin et Alexandre Martel), ce n’est pas compliqué : tout lui a réussi. Que ce soit dans la puissance rock ou la délicatesse d’un titre acoustique, que ce soit dans les différents registres de sa voix, que ce soit dans ses excellentes propres chansons (parfois écrites avec d’autres mais sublimées par elle) ou dans ses reprises toujours à propos (The partisan popularisée par Leonard Cohen, Sans exigences de Brel, La solitude de Barbara), que ce soit dans ses effets discrets mais efficaces de mise en scène, dans ses attitudes parfois juste assez théâtrales, tout ce qu’elle a touché s’est transformé en succès, en réussite.

Certes, elle gravite dans le milieu depuis toute petite, et a bien su s’entourer. Mais son talent inné, conjugué à du travail, en fait d’elle une étoile montante… qui risque de durer longtemps – elle n’a “que” la jeune vingtaine et déjà beaucoup de talent. Le public de Québec qui a assisté à son premier vrai spectacle en salle dans sa ville aura eu la chance d’être présent pour les débuts somptueux d’une future grande… dont le présent est radieux.

Le site officiel et la page Facebook d’Ariane Roy.

Le site officiel, la page Facebook, le Bandcamp et le compte Twitter de Lou-Adriane Cassidy.

La setlist du spectacle.

Cyril Schreiber