fbpx
Blogues

Critique du spectacle de Maude Audet (Théâtre Petit Champlain)

par Cyril Schreiber, le 16 mars 2019 | Chéri(e) j’arrive

C’était un vendredi pluvieux sur Québec, une température parfaite pour un spectacle de la chanteuse Maude Audet, au Théâtre Petit Champlain (TPC) en l’occurrence, tant sa musique comporte quelque chose d’humide, de brouillé –  c’est un compliment, une distinction des autres chanteuses actuelles.

Celle qui a travaillé au TPC il y a quelques années venait défendre son dernier album en date, Comme une odeur de déclin, opus réalisé par Ariane Moffatt, après notamment un passage en extérieur au dernier Festival d’été. Accompagnée par Charles Blondeau à la batterie, Émilie Proulx à la basse et Anaïs Constantin aux claviers et violoncelle, la native de Charlesbourg a ainsi enfilé ses belles chansons, parfait mélange d’influence grunge et de chanson française, aux textes poétiques et sincères.

Devant son public attentif, composé notamment de famille et d’amis, Maude, sans être une bête de scène, a su judicieusement placer aux bons moments quelques anecdotes familiales tournant autour de l’adolescence, des années 1990. Symbole de cette décennie, elle a même adaptée en français le grand succès de Nirvana, Smell like teen spirit, une influence majeure pour elle. Quant à ses propres compositions, malgré une voix souvent enterrée par les autres instruments, elles sont aussi agréables à entendre sur disque que sur scène – un vrai talent brut qui mérite d’être découvert et qui ne pourra que se bonifier avec les années.

En première partie, le public pouvait découvrir Marie Claudel, dont le premier album Ne parle pas aux étranges est sorti sur étiquette Sainte Cécile au mois d’août de l’année dernière. La native de Salaberry-de-Valleyfield possède un excellent jeu de guitare plein de subtilité, doublé de paroles intéressantes mais fâcheusement inaudibles en partie. On pense inévitablement à Salomé Leclerc, avec une voix totalement différente. Cette première partie en forme de belle découverte fut malheureusement interrompue de manière brutale au début de la cinquième chanson sans que l’on sache trop pourquoi (malaise ? crise de panique ? blanc de mémoire ?). Dommage, mais il faut retenir ce nom car il est plein de potentiel.

Le site officiel de Maude Audet et son Bandcamp, celui de Marie Claudel, la setlist du spectacle.

Cyril Schreiber