fbpx
Blogues

Critique Littéraire – « Autobiographie de l’enfance » de Sina Queyras

par Chroniqueur CHYZ, le 14 novembre 2016 | Chéri(e) j’arrive

Fiche de lecture par Cyril Schreiber


sina-queyras-stephanie-fyshQui ?

Sina Queyras, écrivaine née dans l’ouest canadien qui a vécu à Vancouver, Toronto, New York et Philadelphie avant de s’établir à Montréal, où elle enseigne la littérature à l’Université Concordia. Elle a déjà publié un essai, une anthologie sur des poètes canadiens contemporains, ainsi que quelques recueils de poésie, dont MxT en 2014, qui a gagné de nombreux prix et a été acclamé par la critique.

Quoi ?

Autobiographie de l’enfance, son premier roman, qui était sur la liste finale du Amazon.ca First Novel Award.

L’éditeur

Septentrion, dans la collection Hamac, avec une traduction française signée Hélène Rioux. Le roman était paru initialement chez Coach House en 2011 sous le titre Autobiography of childhood.

De quoi ça parle ?

Thérèse Combal va mourir sous peu : l’occasion pour elle, mais aussi plusieurs de ses frères et sœurs (Guddy, Jerry, Bjarne, Annie) ainsi que ses parents (Adel et Jean), de livrer son petit témoignage sur cette famille dysfonctionnelle, brisée, séparée, qui a connu plusieurs drames dont la mort d’un enfant, le tout dans une alternance de points de vue entre les différents protagonistes. Une occasion aussi pour chacun de revisiter ce territoire qu’est l’enfance.

Les plus

  • upCartographie intéressante de Vancouver (et par extension de la Colombie-Britannique, et du Canada d’une certaine façon), une ville finalement méconnue, avec ses beautés mais aussi ses contradictions, ses coins d’ombre.
  • Portraits d’une même famille captivants à défaut d’être originaux. Ils auraient eu encore plus d’impact s’ils avaient été narrés à la première personne, et non à la troisième.
  • Personnage de la mère de la famille, Adel, exubérante, débordante, étouffante, instable, complexe.

Les moins

  • downRéflexions parfois trop forcées sur l’enfance, doublées de plusieurs questions laissées sans véritable réponse.
  • Incessant va-et-vient, pénible pour certains lecteurs, entre les actions de la narration et les pensées des personnages qui, combiné au style plutôt poétique de Queyras, empêche la fluidité de la lecture.
  • Traduction parfois trop québécisée d’Hélène Rioux qui sonne faux, et quelques notes en bas de pages didactiques.

À lire

https://sinaqueyras.com/ (site officiel de l’auteure)

http://hamac.qc.ca/collection-hamac/autobiographie-enfance-779.html

000124223 LovL4uruIU9YmJ5kp3kw9HwDa8U R150102331Hermann Hesse – Mon enfance
Nathalie Sarraute – Enfance
Georges Perec – W ou le souvenir d’enfance, Je me souviens
Jean-Paul Sartre – Les mots
Patrick Modiano – Un pedigree

À écouter


Jacques Brel – L’enfance (tiré de son film Le Far West, 1973)
Félix Leclerc – J’inviterai l’enfance
Maxime Le Forestier – Mourir d’enfance
Plume Latraverse – Ton enfance nous quitte
Léo Ferré – L’enfance