Blogues

Critique Littéraire : « Des femmes savantes » de Chloé Savoie-Bernard

Des femmes savantes
par Cyril Schreiber, le 9 décembre 2016 | Chéri(e) j’arrive

par Cyril Schreiber

imageQui ?

Chloé Savoie-Bernard, montréalaise de naissance. Son doctorat en littérature l’amène à s’intéresser aux politiques de la poésie féministe contemporaine. Elle a déjà fait paraître un premier recueil de poésie, Royaume scotch tape, à l’Hexagone en 2015. Elle collabore aussi à plusieurs revues dont Nouveau projet.

Quoi ?

Des femmes savantes, son premier recueil de nouvelles, paru le 21 septembre dernier.

L’éditeur

Triptyque, une division du groupe Nota bene. Si la maison d’édition a été fondée en 1977, elle a été incorporée à Nota bene récemment, en mai 2016. Jean-Michel Théroux dirige cette « collection » concentrée sur la fiction (romans, nouvelles, formes hybrides) où les esthétiques hybrides, les projets queers et l’invention formelle sont privilégiés. Triptyque comporte aussi plusieurs collections dont une de poésie et une autre consacrée au policier.

De quoi ça parle ?

Kaléidoscope de ces jeunes femmes contemporaines dans la vingtaine qui tentent de trouver un sens à leur vie et se noient dans des relations soit compliquées, soit sans lendemain, fortement marquées par une sexualité crue et débridée.

On croise ainsi entre autres une mannequin qui pose nue pour une publicité de parfum mais ne pense qu’à son amant parti en Inde sans savoir si elle le reverra, une fille qui tentera de passer une journée sans maquillage, une adolescente en relation amour-haine avec la nouvelle assistante-gérante du magasin où elle travaille, ou encore cette jeune femme métisse qui cherche son identité tant féminine que culturelle.

Les plusup

  • Portrait juste et terrible des relations interpersonnelles contemporaines compliquées, et plus précisément de ces jeunes femmes dans la vingtaine, génération symbolisée dans l’excellente nouvelle Être une chatte.
  • Mélange habile et efficace du style très littéraire (longues phrases remplies de virgules) et de la langue orale.
  • La force des voix narratives.

downLes moins

  • Certaines nouvelles aux narratrices impersonnelles (troisième personne du singulier), qui ont moins d’impact que celles racontées au je.
  • Déséquilibre dans la longueur des nouvelles : certaines font 2 ou 3 pages maximum, d’autres, une vingtaine.
  • Une certaine redondance, récurrence, dans le sujet, décliné en plusieurs nouvelles différentes et similaires à la fois : 14 nouvelles sur le même thème, c’est peut-être un peu trop. Par ailleurs, peut-être une trop grande concentration sur Montréal et ses environs : il aurait été intéressant d’explorer les jeunes femmes vingtenaires en « région ».

À lire

http://groupenotabene.com/publication/des-femmes-savantes
http://www.leslibraires.ca/livres/des-femmes-savantes-chloe-savoie-bernard-9782897410889.html
http://www.ledevoir.com/culture/livres/482723/nouvelles-le-silence-de-celles-qui-veulent-gueuler
http://quartierlibre.ca/figures-de-femmes/
http://www.atuvu.ca/actualites.article.php?ano=555

À écouter

Auteur : Cyril Schreiber