Blogues

Critique littéraire : François Blais – Les rivières suivi de Les montagnes (Deux histoires de fantômes)

Capture d’écran 2017-05-16 à 11.07.53
par Cyril Schreiber, le 16 mai 2017 | Chéri(e) j’arrive

Qui ?

François Blais, l’écrivain né à Grand-Mère et résidant à Québec, auteur de plusieurs livres marquants ces dernières années, dont Document 1 (Prix littéraire de la Ville de Québec et du Salon international du livre de Québec, finaliste au Prix des libraires du Québec et au Prix des lecteurs émergents de l’Abitibi-Témiscamingue), La classe de madame Valérie (finaliste au Prix des libraires du Québec 2014) et Iphigénie en haute-ville (finaliste aux Prix des libraires du Québec et Prix France-Québec 2007, entre autres).

Les rivièresQuoi ?

Les rivières suivi de Les montagnes – Deux histoires de fantômes, son dixième titre, constitué de deux longues novellas (ou deux courts romans, c’est selon).

L’éditeur

L’instant même, son fidèle éditeur depuis le début de sa carrière (si on excepte Le vengeur masqué contre les hommes-perchaudes de la Lune, HMH). Le livre est paru le 21 mars dernier.

De quoi ça parle ?

Dans Les rivières, nous suivons l’enlèvement d’une petite fille, Clémentine Lacombe, dans un centre commercial de Trois-Rivières, où chacun des personnages présents (l’homme d’entretien ménager, un couple d’universitaires, un pédophile, une dame dans un fauteuil roulant, etc.) est suspect. Si le dénouement est inévitable, le processus pour s’y rendre prend son temps…

Dans Les montagnes, autre histoire à priori sans lien avec la première, le narrateur est un vieil écrivain qui se rend à la maison Stanislas-de-Neef à Saint-Étienne-des-Grès pour une résidence d’écriture. Manque de bol, la dite maison est hantée : il croit y apercevoir le fantôme d’une petite fille dans le jardin. L’obsession de découvrir l’identité de celle-ci supplantera la raison première de sa venue.

Pouce upLes plus

– Les liens entre les deux histoires et la chute finale du livre.

– L’habituel talent de conteur de François Blais.

– La récupération des canons du genre littéraire fantastico-policier, en les mettant à son goût personnel, plein de cynisme.

Pouce downLes moins

– Le ton plus sombre et la présence moins marquée de l’humour noir typique de Blais dans Les rivières, heureusement de retour un peu dans Les montagnes.

– L’action sans cesse arrêtée, freinée, par l’histoire des différents personnages dans Les rivières.

À lire

http://www.ledevoir.com/culture/livres/494165/francois-blais-au-centre-commercial

http://www.leslibraires.ca/livres/les-rivieres-suivi-de-les-montagnes-francois-blais-9782895023906.html

http://www.journaldemontreal.com/2017/04/08/une-frousse-delectable

Auteur : Cyril Schreiber