Blogues

Critique littéraire : Larry Tremblay – L’impureté (Alto)

par Cyril Schreiber, le 17 février 2017 | Chéri(e) j’arrive

L'impuretéAntoine Ste-Marie, professeur de philosophie, est le mari de la célèbre romancière Alice Livingstone, qui vient de mourir dans un accident de voiture. Elle laisse derrière elle un dernier roman posthume pas comme les autres, Un cœur pur. Celui-ci ressemble effectivement beaucoup à l’histoire d’Antoine, sa jeunesse, sa rencontre avec sa future femme et le trio qu’ils formaient avec un certain Félix Maltais, ancien ami à qui il n’a pas pensé depuis des années, et qui s’est suicidé par immolation comme le moine Thich Quang Duc. Antoine devra alors faire face à ses démons enfouis.

Prolifique auteur qui a donné tant dans le roman, le théâtre (The dragonfly of Chicoutimi, Abraham Lincoln va au théâtre) que la poésie, Larry Tremblay revenait en septembre 2016 avec un nouveau livre toujours publié chez Alto, L’impureté, après les remarqués Le Christ obèse et L’orangeraie. Dès les premières pages de ce nouveau roman, quelque chose cloche et ne va pas en s’améliorant au fil des pages.

 

Les différents récits sans cesse entrecoupés (le présent d’Antoine et ses relations notamment avec son fils Jonathan et la journaliste Claire Langlois qui fait un papier sur Alice, le passé alors que l’on assiste à la jeunesse d’Antoine, Alice et Félix, et des extraits du roman Un cœur pur) apportent plusieurs coupures à la lecture. Ce va-et-vient entre présent et passé ne sert peut-être pas à bon escient le propos. Même le revirement final, cessé nous montrer la structure complexe et la profondeur de L’impureté, semble sortir de nulle part et ne convainc pas.

On lit rapidement et trop facilement cette petite plaquette sans en avoir tiré beaucoup de substance. Les grands thèmes philosophiques sont mal insérés dans la fiction et ne sont servis que par une écriture sans distinction propre. Certes, il y a quelques pages intéressantes consacrées à des icônes culturelles comme Proust, Sartre, le 2001 de Kubrick, ou encore Nirvana. Certes, il faudrait sans doute relire plus attentivement ce court roman pour trouver de quoi se mettre sous la dent. Mais L’impureté est définitivement un faux pas dans la carrière littéraire d’un écrivain pourtant talentueux qui peut offrir tellement mieux à ses lecteurs.

Cyril Schreiber

Larry Tremblay, L’impureté, Alto, 2016.

Auteur : Cyril Schreiber