fbpx
Blogues

Festival en Chanson de Petite-Vallée : JOUR 1

par Émilie Rioux, le 28 juin 2014 | Chéri(e) j’arrive

Il était une fois, la petite histoire courte d’une première journée dans la Petite-Vallée.

14817_734483389923894_8973809059721291860_n

C’est Valérie Carpentier et son groupe qui lançait le bal à 14h, au Théâtre de la Vieille Forge, devant une salle bien remplie et enthousiaste. Présentant les chansons de son album l’Été des Orages, autant que des reprises d’Adèle et de Barbara, la jeune gagnante de La Voix nous a démontré l’étendue de sa voix caméléon. Entourée de musiciens chevronnés, Valérie a livré une performance fidèle à la qualité de son album, malgré une aisance sur scène inégale. Il faut dire que le groupe n’en étaient qu’à leur 2e spectacle de la tournée de l‘Été des Orages, tout juste après une première visite aux Francofolies.

La journée était belle, et au rythme des vagues, le public s’est amassé sur la terrasse, face à la mer. Sangria, pâté de morue fraîche, guitare et rencontres conviviales pendant que les chansonneurs et les rencontreurs (qui chantent) sont en formation ou en répétition.

Migration des mélomanes vers l’Église de Cloridorme, où a lieu, à guichet fermé, l’incontournable Petite École de la Chanson : 300 enfants de la région gaspésienne chantant à plein poumon une sélection de chansons du Passeur, Vincent Vallières. Comme un météore, Chacun dans son espace, Fermont, Salutsoleil, et bien sûr OK On part, le tout ponctué d’une brève panne de courant (!). Vallières avait beaucoup de mal à contenir son émoi à la fin du spectacle, alors qu’il montait sur la scène pour chanter avec eux deux derniers morceaux.

 

10494970_734633159908917_4470299028314184340_o

 

C’est finalement Manu Militari et son groupe sénégalais qui ont mis fin à la soirée, armés de rimes bien affilés, parmi lesquelles se glissaient parfois quelques effluves wolof. Rythmes endiablées et énergie était au rendez-vous pour prolonger la soirée, pour les quelques amateurs de hip-hop et les nombreux curieux entassés au théâtre jusqu’aux petites heures.

…et la nuit fut courte!