fbpx
Blogues

FME 2015 : La Grande Traversée

par Émilie Rioux, le 4 septembre 2015 | Chéri(e) j’arrive, Sur la route

par Émilie Rioux

Au volant de notre voiture de location, surnommée Sonic, Charlotte et moi-même avons entrepris le mythique voyage vers Rouyn-Noranda, territoire nordique plein de promesses. Après 10h à identifier les différents spécimens de conifères des forêts du Québec (lire : passer à travers le Parc de La Vérandrye), nous ouvrons toutes grandes les portes de notre Chevrolet sur Rouyn-Noranda, pour enfin y retrouver :

A) L’accueil extraordinaire et l’enthousiasme évident des gens de la place, de la fille qui te donne ton accréditation jusqu’au gars qui te sert son burger.

B) La scénographie ludique et l’ambiance festive de la 7e rue, quartier général et noyau du FME, où se trouvent 2 scènes extérieures, un foodtruck (miam!), de la bonne bière, un mur « Avant-de-Mourir » en plus de tous les commerces locaux dont la porte est grande ouverte.

C) Déjà plein de spectacles en cours, parce que le temps d’aller au Motel Mistral déposer nos bagages, se changer, et prendre le temps d’apprivoiser le tracé routier un peu débile de Rouyn-Noranda, mine de rien, il est 21h.

Voici donc quelques mots sur chacun de concert du divin jour 1 du FME.

DoldrumsFME 2015

Après Syzzors (qu’on a malheureusement manqué), Doldrums s’avère un très bon choix pour animer la scène principale lors du show d’ouverture. Avec beaucoup d’enthousiasme, le duo torontois ont réussi à faire danser la foule (très TDAH, ce soir-là) avec une pop planante assez rythmée. Personnellement, ça m’a rappelé que j’aime bien Doldrums. Charlotte a moins aimé, par contre.

FME 2015Deerhoof

Ce mythique groupe aux costumes colorés avait beaucoup de décibels à offrir. Au risque d’avoir l’air un peu matante, la musique était un peu forte, et la distortion, omniprésente. Coup de cœur, par contre, pour l’intensité du guitariste, et les interventions un peu absurde du batteur, qui nous a livré 2 beaux discours avec un français très très cassé : l’un sur les éclairages trop forts et l’autre pour une recherche de pantalon. Charlotte, quant à elle, a trouvé ça vraiment défoulant et intéressant.

Ariane Moffatt

Visiblement très heureuse d’être de retour au FME, Ariane semblait en forme. En plus de tout son répertoire revisité à la sauce 22h22 (son FME 2015dernier album), elle nous a offert quelques reprises et clin d’oeil (Material Girl, Eye of the Tiger, In the air tonight). D’ailleurs, Charlotte a vraiment trippé sur les arrangements un peu électro de cette dernière réinterprétation de Genesis. Malgré un set up scénique un peu statique, c’est toujours vivifiant de voir Ariane passer du clavier, à la batterie, à la guitare, toujours accompagnée par un band de feu, doublée de la voix féérique de Laurence Lafond-Baulne (Milk & Bone). Personnellement, c’était la première fois que je voyais Ariane Moffatt en spectacle (aussi suprenant que cela puisse paraître), et j’ai été comblée.

D’autant plus qu’à Rouyn…on lève les yeux, en plein centre-ville, pendant un spectacle pop-électro….et on voit un ciel étoilée vraiment magnifique.

FME 2015Crushed Out

Ce 2 man-band vient tout juste de terminer une tournée américaine avec Les Deuxluxes, et sont justement signés sur la même étiquette de disque : Kapuano Record. Quelque part entre le rock n’ roll, les tones de guitare surf, et quelque chose d’un peu punk, le duo a vraiment été mon coup de cœur de la soirée. Malgré une suite de chanson qui finissaient par être un peu redondantes, Crushed Out propose un visuel thématique un peu californien, de par la drummeuse habillée en sirène/hawaïenne et par les broderies de requin à 2 têtes sur le veston du chanteur, dont la voix hi-pitch est positivement surprenante!

…lorsque l’équipe de CHYZ est allée se coucher, les Marinellis faisaient danser un parterre festif…mais visiblement un peu assommé de la journée. Comme c’est réellement le lendemain que ça commence, tout ce cirque de médias, de show surprises et de lancement, un média sage sait garder ses forces!

Suite demain!

Crédit Photo : Émilie Rioux et son appareil un peu moyen.
À venir : Album photo complet sur Facebook. Soyez patients!