fbpx
Blogues

François Blais : Cataonie (critique)

par Émilie Rioux, le 21 avril 2015 | Chéri-e j’arrive

François Blais
Cataonie
L’instant même

2015 

Dans l’ancien temps

François Blais lance et compte encore. Nouvelle pierre à son édifice littéraire qui commence sérieusement à ressembler à une Œuvre, Cataonie poursuit dans la même veine que ses prédécesseurs, là où tout l’univers de Blais se déploie : écriture simple mais efficace, univers absurde bien que réaliste, et surtout beaucoup d’humour, qui cache souvent un fond sérieux de vérité.

Cataonie n’est ni un roman, ni un recueil de nouvelles, un peu des deux, bref, un nouveau genre hybride, où les histoires s’enchaînent en étant à la fois reliées et indépendantes. Brillant exploit. On y suit les aventures du narrateur, monsieur B., un personnage en or à qui il arrive toutes sortes de mésaventures : obsession du nombre de mots dans son manuscrit, amour soudain pour la caissière naine du supermarché, tentative de récupération de la chute d’une blague, etc. Le bonhomme, avouons-le, ne se prend pas pour de la merde, ce qui ajoute au délice de lecture. Heureusement que son fidèle ami Firmin joue le rôle de balancier et n’hésite pas à le remettre à sa place régulièrement.

Le ton général a de quoi surprendre : classique, vieillot, ampoulé, avec ce qu’il faut de mots complètement absents du vocabulaire d’aujourd’hui (mastroquet, galimatias, calembredaines, vous voyez le genre) et de subjonctifs (d)étonnants. On se dit, Blais en beurre épais, et puis pourquoi pas. On s’y habitue. On rit beaucoup. Et dans le texte final intitulé L’intrus, tout s’éclaircit, tout s’explique : François Blais ne laisse rien au hasard, et un peu comme dans son précédent ouvrage Sam, mêle habilement réalité et fiction. Nous n’en dirons pas plus, histoire de ne pas gâcher la délicieuse surprise au lecteur – quant au titre du livre, se référez à la citation du début pour se perdre encore plus dans un labyrinthe d’absurdité hilarante.

Lisez François Blais (c’est un ordre) : il s’agit sûrement là de l’écrivain le plus talentueux de sa génération, et Cataonie en est une autre brillante preuve.

par Cyril Schreiber