fbpx
Blogues

Les Chantier : Mme G (par Leïka Morin)

par Émilie Rioux, le 26 mai 2015 | Chéri(e) j’arrive

 

Chantiers CarrefourC’est dimanche matin que s’entamait la deuxième journée des Chantiers/Constructions artistiques dans le cadre du Carrefour international de théâtre. En toute intimité, la scène du Premier Acte accueillait l’équipe de Mme G, premier texte écrit par Maxime Beauregard-Martin et mis en lecture par Maryse Lapierre.

Si vous n’êtes jamais allés chez Mme G., il n’y a aucun doute que vous en ayez déjà entendu parler. Femme mythique et propriétaire d’un bar clandestin de la haute-ville, elle enrobe notre imaginaire collectif de fumée, d’anecdotes alcoolisées et de plaisirs coupables…Fasciné par ce genre d’endroits, Maxime désire en savoir davantage sur cette tenancière à la voix rauque. Il mène alors sa propre enquête. Et à travers ses entrevues, il découvre une reine.

Peu importe le fait qu’elle vive dans un demi sous-sol, qu’elle se soit fait saisir par la police à plusieurs reprises ou qu’elle botche à terre, sa vie est grandiose.

Nous sommes témoins d’une pièce de théâtre documentaire portée par la sensibilité de l’auteur sur ce qu’il a entendu de la bouche de Mme G. La réalité et la fiction se chevauchent tout autant que les éclats de rires et les larmes. De manière entremêlée, nous plongeons dans l’univers de La Grande Hermine où se rassemblent les filles de joie et les alcooliques autour du piano envoûtant puis, nous vivons, avec lui et ses amis, le processus créatif de Maxime, parsemé de ses angoisses et ses questionnements sur son travail d’écriture. Tout ça livré avec une bonne dose d’auto-dérision et de bonheur de vivre.

De plus, il est important de souligner les performances des acteurs qui supportent ce texte brillant. Toutes et tous ont contribué à nous faire voyager dans cet univers loufoque. Mention spéciale à Marie-Ginette Guay dans le rôle de Mme G. qui nous fait virevolter à travers ses souvenirs endiablés.

Mme G. dévoile une femme qui, sous son air féroce, déborde de bonté humaine et qui a joué un rôle plus qu’apprécié dans son quartier. Sans jugement, Beauregard-Martin et son équipe feront découvrir cette femme tenace aux jeunes générations et rappelleront, avec justesse, de belles soirées à celles qui l’ont connue, car à notre grand plaisir, la version finale de ce chantier sera présentée au Premier Acte du 12 au 30 avril 2016. Si la mise en lecture était saisissante, la mise en scène risque d’être magique, à suivre!

Texte : Leïka Morin
Visuel Chantiers : Stéphane Bourgeois et Hélène Ducharme

Entrevue avec Maxime Beauregard-Martin et Marie-Lee Picknell :

C’est pas terminé!