Blogues

We love Arabs : Humain, humour et hummus

par Chroniqueur CHYZ, le 31 mai 2017 | Chéri(e) j’arrive, Sur la route

par Marie-Josée Godin

En regardant la photo faisant la couverture du programme – deux hommes, front contre front, l’air solennel et l’un deux un couteau à la main – on pouvait s’attendre à un spectacle dramatique, sombre, voire même troublant

Photo // Maria Grazia Lenzini

Photo // Maria Grazia Lenzini

Pourtant, comme nous avons ri en cette première Canadienne de We love arabs présentée hier au théâtre de la Bordée dans le cadre du Carrefour international de théâtre de Québec. Avec ses gestes par moments clownesques, ses métaphores douteuses et son processus créateur caricatural, le chorégraphe et danseur Hillel Kogan nous offre une satire de lui-même (et des chorégraphes en général) des plus savoureuse. Quant à son acolyte, le danseur Adi Boutrous, il sait nous captiver par sa simple présence et par sa manière de répondre aux questions du chorégraphe que par des regards, des signes et à peine quelques mots isolés.

Contre toute attente, la pièce fait davantage place au texte qu’à la danse, et c’est avec fascination de l’on suit les propos auto-glorificateur, mais réfléchis, de Kogan. Nous avons eu droit au cours de la comédie à des moments mémorables (que dire de l’improvisation déjantée inspirée par un bol d’hummus) et We love arabs est hors de tout doute un incontournable de la 25e édition du Carrefour internationale de théâtre.

La deuxième et dernière représentation se tiendra ce soir, au théâtre de la Bordée à 20h00.

Auteur : Chroniqueur CHYZ