Blogues

Murmures des murs : Réellement irréel

Murs 1293 A4©R.Haughton
par Chroniqueur CHYZ, le 5 juin 2017 | Chéri(e) j’arrive

par Marie-Josée Godin

Après avoir été annulé de la programmation du Carrefour international de théâtre à deux reprises, une première fois suite à une blessure de l’actrice en pleine représentation et une seconde à cause de la grève des transports tenant les décors en otage de l’autre côté de l’océan, la troisième fois est la bonne : nous avons (enfin!) droit à l’étonnante pièce Murmures des murs, en provenance de Paris, qui ne cesse de nous surprendre pendant près de soixante-dix minutes. Le spectacle, alliant théâtre d’objets, danse, cirque, musique, marionnettes et prestidigitations, est à couper le souffle. Nombreux sont les moments où l’on n’en croit pas nos yeux : personnage marchant dans le vide, marionnette qui semblent bouger toute seule, actrice qui disparait et réapparait comme par enchantement, etc. Les illusions s’enchainent les unes après les autres et nul n’arrive à trouver les ficelles, les harnais et les tours cachés. Soudainement, on se met à croire à la magie.

Photo : R. Haughton

Photo : R. Haughton

L’interprète principale, l’intrigante et charismatique Aurélia Thierrée, nous donne l’impression d’être surhumaine de par son agilité, ses trompes l’œil et ses multiples talents. Elle nous transporte avec elle dans un univers teinté de rouge, de plumes et de rêves et nous enveloppe dans ses emballages blancs et son papier bulle. Accompagné de deux autres personnages qui au fil des scènes, la cherche, la poursuit, la protège et la courtise, elle traverse une foule de lieux et fait la rencontre d’étranges hommes masqués, d’animaux insolites et de créatures imaginaires.

Prodigieusement multidisciplinaire et mystifiant, le spectacle Murmures des murs est un passage obligé du Carrefour de cette année. Plus que deux dates restantes (3 juin à 15h00 et 4 juin à 19h00) pour assister à cette présentation, au Théâtre de la Bordée, qui vous fera douter du réel et de l’irréel et de laquelle vous ressortirez assurément soufflés.

Auteur : Chroniqueur CHYZ