fbpx
Blogues

QETL – Oeuvres de chair : Le polar heureux

par Émilie Rioux, le 11 octobre 2016 | Chéri(e) j’arrive

[par Éric Leblanc]

Êtes-vous déjà allé à l’hôtel Pur? C’est rare qu’on ait la chance de visiter les chambres des hôtels de sa propre ville. C’est pourtant ce que proposait le dernier spectacle du festival Québec en toutes lettres 2016, Œuvres de chair. L’activité traditionnelle du festival invitait le public à s’entretenir avec des auteurs en formule speed dating, pour ensuite monter dans les chambres de l’hôtel, où d’autres écrivains y attendaient le public pour le faire plonger dans leur univers. Si on peut trouver le tout bien romantique au départ, il ne faut pas oublier que le thème du festival cette année était le polar et le roman noir! Donc, après des entretiens enrichissants, ce sont des ambiances de crime et d’enquête qui ont accueilli les curieux aux différents étages du Pur.

Oeuvre de chair_7_crédits Éric GuénardLe charme du tête-à-tête vient de sa manière d’offrir au grand public une rencontre amicale et chaleureuse avec des écrivains de métier. Ceux-ci vous parlent d’eux, vous posent des questions, vous expliquent leur vision de l’écriture, vous font rire ou vous donnent envie de lire leurs œuvres. Découvrir l’humain derrière une œuvre – et surtout une œuvre noire – a quelque chose de doublement intime : le public s’y reconnaît et peut échanger sur des affinités littéraires avec des professionnels en la matière. Quelques minutes, c’est court pour parler avec des auteurs, mais c’est suffisant pour rendre l’expérience magique. Évidemment, qui dit humain dit personnalités différentes, et parfois l’hameçon accroche moins, mais dans ces deux premières heures de Œuvres de chair, on a l’opportunité de rencontrer jusqu’à cinq auteurs sur la douzaine présents, et il y en a au moins un pour vous séduire. Coup de cœur pour ma rencontre avec Camille Bouchard, pétillant personnage avec qui j’ai parlé complots politiques congolais.

Oeuvre de chair_10_crédits Éric Guénard

Suite à ces entrevues éclairs, le public était convié, dans une ambiance ludique et intriguante, à parcours les escaliers et les corridors de l’hôtel pour y pénétrer des alcôves du crime. À nouveau, la personnalité et l’univers de l’auteur crée ou ne crée pas d’étincelle, mais on y découvre chaque fois une installation amusante et hors du commun. J’ai eu la chance de visiter les chambres d’André Marois, Marie-Ève Sevigny, Quentin Mouron, Guillaume Morrissette et Christiane Vadnais (ne pas lire cette phrase hors contexte, on me prendrait pour un dévergondé). Autant de chambres qui se sont transformées en scène de crime interactive (Marois laissait à un visiteur le loisir de choisir sa mort), en caverne de lecture, en diner américain, en jeu d’enquêteur expert ou en grinçant souvenir japonais. Ma mention va d’ailleurs pour cette dernière station, organisée par Christiane Vadnais, qui a su marier suspense, poésie et surprise dans un touchant récit immersif.

Œuvre de chair est définitivement une manière agréablement originale de faire sortir les livres de leurs pages et de les amener à la rencontre du public. La beauté de la proposition réside surtout dans la panoplie de propositions différentes, bien que la qualité des prestations soit parfois en dents de scie (n’oublions pas que ce ne sont pas tous les auteurs qui sont de bons performeurs (et l’inverse est vrai aussi)). Mais, somme toute, ce spectacle demeure une activité humaine et amusante qui fait passer jusqu’à quatre heures de bon temps dans un lieu revisité pour l’occasion. J’y serai certainement l’an prochain.

Œuvre de chair a été présenté le 8 octobre 201 dès 20h à l’hôtel Pur.