Blogues

Reprise de la semaine : L’amour ne dure pas toujours (Françoise Hardy vs. Feist)

Reprise
par Chroniqueur CHYZ, le 22 novembre 2016 | Chéri(e) j’arrive

par Cyril Schrebier

L’amour ne dure pas toujours, Françoise Hardy
(1963, Le premier bonheur du jour)

Icône mythique de la chanson française, Françoise Hardy n’est plus à présenter : après un début de carrière très jeune à 18 ans et un succès foudroyant, la chanteuse abandonne la scène après six ans (de 1962 à 1968) et se consacrera à une carrière uniquement discographique, et ce dans plusieurs langues. En France, elle a sorti 27 albums studio depuis près de six décennies, majoritairement orientés sur les tourments des relations sentimentales. Elle partage sa vie depuis 1967 avec le chanteur et acteur Jacques Dutronc et est la mère du chanteur Thomas Dutronc, qui a sorti trois albums depuis 2007.

Parue sur son deuxième album Le premier bonheur du jour en 1963, L’amour ne dure pas toujours est à la fois représentative de son époque et de son interprète (chanson courte, texte en apparence léger mais assez sombre au final) et très différente : on note plusieurs rythmes dans la chanson, et la prédominance des claviers l’éloigne de la gentille guitare de Tous les garçons et les filles ou L’amitié.

L’amour ne dure pas toujours, Feist
(2004, Let it die)

Feist est une chanteuse canadienne originaire de la Nouvelle-Écosse qui a grandi dans l’ouest canadien avant de s’établir à Toronto, puis à Paris pour un temps. Ses deux parents étaient artistes. Après des débuts dans un groupe punk, elle se joint à différentes formations (dont Broken Social Scene) et collabore avec des artistes comme Peaches ou Gonzales, avec qui elle deviendra très proche et qui sera l’un des maîtres d’œuvre de ses albums.

Sur son deuxième album Let it die paru en 2004 (après un premier album en 1999, Monarch, qui n’a pas vraiment fonctionné), elle reprend cette chanson méconnue de Françoise Hardy, l’une de ses influences majeures. La chanteuse canadienne a d’ailleurs une histoire d’amour avec la langue française, et elle n’a pas peur de chanter dans la langue de Molière même si ce n’est pas sa langue maternelle… et qu’il faut plusieurs écoutes pour comprendre les paroles ! On y reconnaît la patte Gonzales dans l’orchestration et les arrangements. La reprise est aussi beaucoup plus longue et rythmée.

Let it die marquera vraiment le début en force de la carrière de Feist : plus de 500 000 exemplaires vendus à travers le monde (surtout en France et au Canada), Juno du meilleur album rock alternatif et Juno révélation de l’année. Elle a depuis sorti deux albums studio, The reminder en 2007 et Metals en 2011.


Paroles :

Pourquoi t’inquiète mon silence ?

Crois-moi tu n’as plus de recours

Que prendre ton mal en patience

L’amour ne dure pas toujours

 

Tu te jouais de moi je pense

Quand je croyais t’aimer d’amour

Aujourd’hui change la balance

L’amour ne dure pas toujours

 

Tu as été mon espérance

Je t’ai appelé au secours

Tu vins bien tard mais pour ma chance

L’amour ne dure pas toujours

 

Tu fus aussi ma délivrance

Tout s’est passé en quelques jours

Avant après c’est la souffrance

L’amour ne dure pas toujours

 

Tu ne fus donc qu’une expérience

On s’est trompé chacun son tour

Mon cœur fatigué prend vacances

L’amour ne dure pas toujours

Auteur : Chroniqueur CHYZ