Blogues

Voyage au bout de l’été : les classiques dépoussiérés #3

par Émilie Rioux, le 16 juin 2015 | Chéri(e) j’arrive

Quoi ? Des souris et des hommes, paru en 1937 sous le titre Of Mice and Men, l’un des titres les plus connus de la littérature américaine et de son auteur.

Qui ? John Steinbeck (1902-1968), l’un des plus célèbres auteurs américains, prix Nobel 1962, qui a décrit fréquemment sa Californie natale et les ouvriers qui y vivaient durant le Dust Bowl et la Grande Dépression. Ses autres titres notoires : Tortilla Flat, En un combat douteux, Les raisins de la colère et À l’est d’Éden.

Anecdote : Son Prix Nobel 1962 lui a été accordé un peu « par défaut » : Lawrence Durrell fut écarté dès le début, Karen Blixen mourut un mois avant l’élection, Jean Anouilh fut évincé car un autre Français, Saint-John Perse, avait déjà gagné deux ans plus tôt, et Robert Graves était plus connu comme poète que comme romancier. Or, Steinbeck n’avait rien publié de marquant depuis plusieurs années, et il était perçu comme un « vieil » écrivain au moment de son élection. Lui-même disait qu’il ne méritait pas cette distinction.

Où et quand ? La Californie des années 1930, et plus particulièrement la région de Soledad.

De quoi ça parle ? George Milton et Lennie Small sont deux travailleurs saisonniers qui voyagent de ranch en ranch pour gagner de l’argent afin d’avoir, un jour, leur ferme. Si George est un petit homme rationnel et intelligent, Lennie, lui, est un colosse à la force herculéenne avec un esprit d’enfant, qui aime les choses douces (les souris et les lapins, par exemple). Leur passage dans un ranch changera tout de leur existence…

Pourquoi il faut le lire ?Des souris et des hommes

  • Pour le fait que Steinbeck ne dévoile presque rien du passé de ses personnages (et si peu de leur avenir), qu’il se contente de décrire leur présent et les événements qui leur arrivent. Son écriture est donc très objective et descriptive. Cela donne donc un roman bref et direct.
  • Pour le mélange équilibré entre les descriptions de la nature (qui replace l’homme, et sa relative place, dans son environnement) et les dialogues omniprésents et percutants, en langage du peuple, de ces travailleurs ouvriers.
  • Pour la relation entre George et Lennie, pour la terrible histoire humaine décrite, et pour la question existentielle que le roman sous-entend : faut-il continuer à rêver même si l’on sait que le rêve ne se concrétisera jamais ?

Adaptations : Deux films (Lewis Milestone, 1939 et Gary Sinise en 1992), deux téléfilms, plusieurs adaptations au théâtre, une en bande dessinée (Pierre-Alain Bertola, 1975), et quelques références dans la culture populaire : un épisode de la série télé américaine Grimm s’appelle Of Mouse and Man et Tex Avery a repris le mécanisme des deux personnages (un petit malin et un gros nigaud) dans plusieurs cartoons des années 1940.