fbpx
Blogues

Voyage au bout de l’été : les classiques dépoussiérés #5

par Émilie Rioux, le 7 juillet 2015 | Chéri(e) j’arrive

Boris VianQuoi ? L’écume des jours, roman écrit entre mars et mai 1946 et paru en 1947. Le roman n’a rencontré aucun succès du vivant de son auteur.

Qui ? Boris Vian (1920-1959), écrivain (sous son nom mais aussi d’autres pseudonymes) mais aussi poète, parolier, chanteur, critique et musicien de jazz (trompettiste), ingénieur, scénariste, traducteur, conférencier, acteur et peintre.

Anecdote : Vian a vécu sa vie à fond de train même s’il avait une santé fragile, et ce dès sa plus tendre enfance. Il mourra à 39 ans seulement d’un arrêt cardiaque alors qu’il assistait à la représentation de J’irai cracher sur vos tombes, une adaptation non-volontaire d’un de ses romans.

De quoi ça parle ? On suit la vie de jeunes adultes : Colin aimerait tomber amoureux et rencontre Chloé, Chick sort avec Alise mais aime aussi beaucoup Jean-Sol Partre, etc. Bientôt, cette vie idyllique sera ternie par des problèmes de santé, d’argent et la dématérialisation du monde physique et de ses repères…

Pourquoi il faut le lire ?

– Pour l’inventivité folle à chaque page : outre l’univers enchanteur et poétique qui donne à lire au lecteur un conte surréaliste, Vian use de différents niveaux de langage, jeux de mots, jeux de signifiants, néologismes, etc.

– Pour son grand ami Raymond Queneau, L’écume des jours est aussi « le plus poignant des romans d’amour contemporains » : outre la forme et le fond ludique qui contribue à la popularité et la postérité du roman, L’écume des jours est aussi un drame humain terrible et pessimiste, où des thèmes comme l’amour (impossible ou malheureux), le travail (déshumanisé), la religion (ridiculisée), ou encore la maladie, sont exploités de manière peu reluisante, ce qui donne au roman son caractère fataliste et sombre.

Adaptations : Deux films (1968, avec entre autres Jacques Perrin, Marie-France Pisier et Sami Frey, et 2013, de Michel Gondry, avec Romain Duris et Audrey Tautou), une bande dessinée (2012) et un manga (2003), un opéra d’Edison Denisov, plusieurs adaptations au théâtre, etc. Une version lue par Arthur H est disponible dans la collection Audiolib.

Dans la liste des 100 livres du XXe siècle organisée par la FNAC et Le Monde, il se classe dixième. Les 50 premiers sont recensés par Frédéric Beigbeder dans Dernier inventaire avant liquidation.