fbpx
Blogues

Critique du spectacle de M. Chandler (Théâtre Petit Champlain)

par Cyril Schreiber, le 8 mars 2019 | Chéri(e) j’arrive, CHYZ ARTS

Mais qui se cache donc derrière ce M. Chandler ? C’est tout simplement la rencontre entre le trio Magneto (Rick Haworth, Mario Légaré, Sylvain Clavette) et le chanteur Ian Kelly. Ce dernier faisait le ménage au Spectrum durant l’émission Studio TV5, où les premiers faisaient office de house band, il y a une vingtaine d’années de cela. Ils se sont recroisés plus récemment lors d’une présentation de programmation à Ste-Thérèse, durant laquelle Kelly a chanté spontanément sur la musique instrumentale de Magneto. Quelques sessions de studio à Morin-Heights plus tard, un album a vu le jour en avril 2018. Et pourquoi ne pas ajouter le plaisir au plaisir en partant en tournée ? Celle-ci, amorcée en octobre dernier, passait par Québec et le Théâtre Petit Champlain jeudi soir.

Ce fut une soirée sympathique et remplie de bonne musique. Les principaux acteurs ont même fait leurs premières parties ! Après quatre chansons de Ian Kelly (dont une en français, tirée de la bande sonore du film Innocent, ainsi que Montréal) et trois pièces comme toujours instrumentales de Magneto (permettant de voyager, de s’évader), M. Chandler (tout le monde et personne à la fois) est monté sur les planches du Petit Champlain pour livrer dans l’ordre les 10 chansons (et même un rappel !) de l’album éponyme.

Si on peut regretter parfois que le talent de Haworth, Légaré et Clavette soit un peu sous-exploité dans ce projet (contrairement à leur groupe), force est d’admettre que leur complicité avec Ian Kelly est fluide, naturelle. Le résultat oscille entre folk et rock, sur des textes toujours en français signés Kelly, très bons, meilleurs même que son propre répertoire anglophone, plus générique.

Les quatre musiciens, qui officiaient devant cinq toiles en forme de parapluie sur lesquelles étaient projetées différentes images, n’ont pas non plus hésité à user de cette arme redoutable qu’est l’humour pour contribuer au succès de la soirée, notamment lorsque Rick Haworth a répondu à la question que tout le monde (!) se pose : qui les habille ? Réponse : un mélange entre L’Équipeur et l’Armée du salut ! Auto-dérision, bonne humeur et bonne musique était donc au programme.

Est-ce que M. Chandler inscrira sa marque dans l’histoire de la chanson québécoise ? Il est trop tôt pour le dire – sans doute que non. Mais cet excellent spectacle aura donné envie au public de Québec d’aller (ré)écouter l’album, pour y passer du bon temps. Et c’est déjà beaucoup.

Quelques infos sur le groupe, leur page Facebook, la setlist de Ian Kelly, celle de Magneto et celle de M. Chandler.

Cyril Schreiber