fbpx
Nouvelles

Club Critique – 3 et 10 février 2021

par Gabriel Tremblay, le 12 février 2021 | Club Critique, Critiques musicales, Nouvelles

Résultat de recherche d'images pour "the besnard lakes are the last of the great thunderstorm warnings"The Bernard Lakes – The Besnard Lakes are the Last of the Great Thunderstorm Warning
(Émilie Rioux)

Cet album au nom interminable est le sixième en carrière de la formation montréalaise. Toujours dans les eaux du stoner psychédélique, les chansons fleuves des Besnard Lakes nous amènent tantôt jusqu’aux sommets des plus hautes montagnes du monde, tantôt dans une traversée du désert expéditive. La virtuosité vocale s’entremêle une fois de plus aux guitares vrombissantes pour amener nos oreilles dans un voyage tout sauf tranquille. Une réussite orchestrée à la perfection, mais pas pour toutes les oreilles. 7/10

 

Résultat de recherche d'images pour "madlib sound ancestors vinyl"

Madlib – Sound Ancestors
(Gabriel Tremblay)

Sound Ancestors est, en quelque sorte, un album concept croisant littéralement toutes les influences de Madlib, étalées sur 16 pistes. Par ces contrastes, Otis Jackson Jr.  nous fait voyager, passant d’une trame free-jazz à de l’électro psychédélique, en bifurquant vers une bossanova improbable. C’est aussi la fameuse collaboration tant attendu entre Kieran Hebden ( Four Tet) et Madlib. En creusant un peu loin, remarquons finalement qu’Hebden est crédité sur le mastering et l’arrangement. En détails, Sound Ancestors est un long jeu d’ambiance smooth, où le jazz-soul est prédominant. En fait, c’est peut-être un hommage à des reliques du passé. Loose Goose représente bien cette allusion nostalgique et tribale. C’est carrément le soundtrack d’un film d’auteur filmé lors d’un party quelque part en Afrique subsaharienne. 8.5/10

 

Résultat de recherche d'images pour "arlo parks collapsed in sunbeams"Arlo Parks – Collapsed In Sunbeams
(Guillaume Pepin)

Avec des sonorités passant du néo-soul et du RNB à des ambiances indie pop parfois même influencées de rock, Arlo Parks nous présente un album à la fois sensible et puissant. L’album possède une multitude de drums jazzy, des guitares douces et enveloppantes et se promène entre une bedroom pop actuelle et un son Trip Hop très 90’s. Dès le début de l’album elle nous amène dans un univers poétique hyper bien ficelé malgré toutes ces influences qui peuvent paraître disparates.  Elle se retrouvera sans aucun doute dans plusieurs revues de fin d’année, j’irais même dire qu’avec cet album elle ouvre la voie à une nouvelle scène de jeunes artistes par sa langue poétique assumée et la pluralité de ces thèmes et influences.   8.5/10

 

Résultat de recherche d'images pour "the weather station ignorance"The Weather Station – Ignorance
(Émilie Rioux)

Pour son quatrième album, la formation torontoise a brûlé les guitares et les banjo pour laisser place à une pop beaucoup plus texturée. Émouvante sur chaque piste, la chanteuse Tamara Lindeman est en contrôle de sa voix unique comme jamais auparavant. Si les textes sont déjà admirables, ce sont les arrangements de cordes et de cuivres qui font de Ignorance une force tranquille. Le crescendo de la pièce d’ouverture Robber n’a d’égal que la lumière qui traverse Tried To Tell You et Atlantic. Avec ce virage sonore, The Weather Station s’inscrit dans la modernité et dans plusieurs nouvelles oreilles, on l’espère. 8/10

 

Résultat de recherche d'images pour "pure carrière eternae83"Pure Carrière – Eternae 83
(Guillaume Pepin)

Avec ce nouvel Album, Pure Carrière possède une volonté de pousser plus loin les explorations inscrites sur leur EP de 2017, tout en gardant un côté laboratoire dans la recherche. Le but étant de toujours rester le plus près possible du premier jet qui a été performé. Une grande mixité dans l’instrumentations et la panoplie de genres abordés donnent un album unique aux atmosphères rock psychédélique et ambiant, avec des textes absurdes et sans prétention. Pour moi, c’est un album réjouissant, un album où l’on comprends le désir de créer sans répondre à des attentes tout en étant vraiment dans la création pure du terme. 8/10

 

Résultat de recherche d'images pour "hayley wiliams flowers of vases"

Hayley Williams – Flowers for Vases
(Gabriel Tremblay)

Sortie surprise, Flowers for Vases est tombé dans la «musicosphère» sans crier gare. Selon les dires de Hayley Williams (oui oui, l’ex-Paramore) en entrevue, ce deuxième album en moins d’un an est en fait une prémisse à Petals for Amor sortie en mai dernier. Sur ce dernier opus, elle délaisse la art-rock-pop de Petals for Armor pour un une folk-pop acoustique pour le moins… inattendue. Elle se paye même un trip quétaine à la Natasha Bedingfield sur Over those Hills. Mon «hype» en a pris pour son rhume. Par contre, c’est probablement la seule coquille, à mon humble avis, sur le long jeu, qui oscille les 43 minutes. L’ancienne punkette a le don pour écrire des chansons à partir de rien, c’est notamment le cas sur My limb où la répétition n’est pas synonyme d’un manque d’originalité. Ce n’est certainement pas grâce à cet album-là que Hayley Williams passera à l’histoire, mais malgré tout, ça fait plaisir d’avoir du nouveau stock, surtout pour ceux et celles qui ont découvert son album précédent à la fin de l’année. 6.5/10