fbpx
Blogues

Séries de la LHJMQ: Nos prédictions pour la 2e ronde

par Directeur Sports, le 10 avril 2015 | Conduite antisportive

Voici les prédictions de l’équipe de CHYZ 94.3 pour la 2e ronde des séries de la LHJMQ.

À des fins de saine compétition malsaine, voici le classement après une ronde (1 pt pour le choix de la bonne équipe, 1pt pour le nombre de matchs :

Grand-Pa Jean-Charles : 12pts
Guillaume P. : 11 pts
JP Otis : 10 pts
Charles : 8 pts
Maxime : 8 pts
Guillaume V. : 7 pts
Antoine : 7 pts

Remparts de Québec (4) c. Islanders de Charlottetown (9)

Guillaume Piedboeuf (@gpiedboeuf), directeur des sports et animateur de l’Après-match des Remparts :
Québec en 6. La pression sur les épaules des joueurs de Remparts et de leur entraineur vient de chuter avec la victoire contre le Cap-Breton. Comme dirait Méo, « le mûr de Berlin est tombé!». Les Islanders ont une équipe à l’image de leur entraineur Gordy Dwyer, intense et robuste, mais je m’attends à ce que les Remparts laissent parler leur talent davantage qu’en 1ère ronde. Contrairement aux années passées, Québec à une équipe qui peut prendre et distribuer des coups d’épaules.

Jean-Charles Lochet, animateur :
Québec en 6. Une occasion pour les Remparts de se bâtir une confiance. Leurs adversaires ont perdu leur joyau, Mason McDonald. Son second, Daryl MacCallum, a été impeccable. Peut-il continuer l’exploit? La foule du Colisée Pepsi se doit de lui faire perdre ses moyens. L’A.N. des diables rouges sera déterminant dans la série. Les Islanders seront difficiles à contrer non seulement par la qualité des Sprong, Chlapik ou Goulet mais aussi par leur robustesse et leur lourdeur. Imaginez une multitude de Francis Brunelle…de quoi plaider la folie!!! Mais bon, comme dirait Henry Jones : «La plume est plus forte que l’épée». On ne rigole pas avec le papa d’Indi…

Maxime Blouin (@Maxx_Blouin), animateur et descripteur des Commandeurs de Lévis:
Québec en 6. La perte de leur gardien #1, Mason MacDonald, va faire mal aux Islanders. Pour les Remparts, j’espère que la première ronde leur a donné assez chaud pour offrir des performances constantes et EN ÉQUIPE! Terminé le temps de l’individualisme si on veut avoir du succès. Les Duclair, Roy, Murphy, Tkachev et cie devront en donner beaucoup plus si la troupe de Philippe Boucher veut atteindre le carré d’as.

Guillaume Villemaire (@GVillemaire13), co-animateur et infographe :
Québec en 6. Les Islanders jouent gros et vont donner des maux de tête à certains petits attaquants des Remparts. Jerôme Verrier, Adam Erne et Yanick Turcotte peuvent toutefois jouer la carte physique. Les Islanders sont robustes mais moins rapides et le talent pur de l’offensive de la troupe de Philippe Boucher va faire la différence à la fin. La perte de McDonald fait passer ce duel serré à avantageux pour Québec.

Charles Lalande (@C_LalandePJ), co-animateur et co-éditeur pour Parlons Junior :
Québec en 6. Après les Screaming Eagles du Cap-Breton, les Islanders de Charlottetown s’amènent en ville. Leur équipe est encore jeune, mais l’attaque est bien répartie sur trois trios et il y a un beau mélange de vétérans et de jeunes en défensive. La perte de Mason MacDonald fera très mal. Le substitut Daryl MacCallum ne pourra pas faire des miracles à profusion.

Jean-Philippe Otis (@jpotis89), chroniqueur LHJMQ et co-auteur de La ligue de hockey junior majeur du Québec :
Québec en 6. Si les Remparts sortent de la même manière qu’au 7e match contre les Screaming Eagles, il n’y aura pas de problème. Par contre, les Duclair, Roy et Tkachev doivent être plus constants, autant offensivement que défensivement. Les Islanders ont une très bonne attaque et ils vont jouer plus physique que les Eagles. Ils vont vouloir déranger les vedettes des Remparts et faudra être très discipliné. La perte de Mason McDonald va faire mal pour la suite des choses.

Antoine Desrosiers (@adesro1), animateur : Québec en 6. Québec aura la vie plus facile contre les Islanders (sans Mason McDonald) qu’elle l’aurait eue contre le Drakkar. Inconstants au match sept contre Cap-Breton, il faudra que les Remparts jouent comme en deuxième période pour espérer l’emporter. Le naturel reviendra-t-il au galop? Pas assez pour les empêcher de gagner.

Océanic de Rimouski (1) c. Olympiques de Gatineau (14)

GP : Rimouski en 6. Autant les Olympiques m’ont impressionné dans leur série contre l’Armada, autant l’Océanic représente un défi beaucoup plus imposant. Fini la magie pour Gatineau, les moldus de Benoit Groulx n’ont pas suffisamment de munitions offensivement pour percer la défensive de Rimouski.

JCL : Rimouski en 6 (par respect pour coach Groulx). Quand deux des meilleurs entraineurs de la ligue se rencontrent, tout peut arriver. Cette série sera épuisante pour les représentants du Bas-St-Laurent. Les Olympique 2.0 ont remporté le dernier duel face aux Rimouskois et peuvent compter sur François Brassard, un gardien en quête de rédemption. Mais soyons sérieux, aucune équipe ne peut passer à travers les six incroyables défenseurs de l’Océanic. Et savez-vous quoi ? Rimouski a la troisième meilleure attaque du circuit.

MB : Rimouski en 7. Les Olympiques ont offert une première ronde à la hauteur de leur talent. Toutefois, ils ont affronté une attaque peu diversifiée, celle de l’Armada, surtout basée sur Martel et Jevspalov, et un gardien peu expérimenté. L’Océanic a une formation beaucoup plus solide à toutes les positions, ce qui leur permettra d’avancer au carré d’as. Une chaude lutte est toutefois à prévoir!

GV : Rimouski en 6. Une série 1 vs 14 qui n’est pas comme les autres. Les Olympiques viennent de battre une bonne équipe défensive pour ensuite se mesurer à la meilleure. Rimouski va sortir amocher de cette série, mais à la fin, la grande profondeur en défensive va faire la différence.

CL : Rimouski en 6. L’Océanic aura profité d’une dizaine de jours de congé avant d’entamer le deuxième tour. Pendant ce temps, les Olympiques de Gatineau, tombeurs de l’Armada, ont laissé beaucoup d’énergie sur la patinoire. Une série qui risque d’être intéressante si les deux pilotes, Serge Beausoleil et Benoît Groulx, multiplient les déclarations savoureuses comme ils sont capables de le faire. Avec une équipe sans faille, le premier verra son équipe triompher.

JPO : Gatineau en 6. Je crois fortement que les Olympiques peuvent sortir l’Océanic. Les Olympiques sont l’équipe de l’heure, ils n’ont pas de pression, mais ça va prendre encore de grosses performances de Brassard devant le filet. Pour l’Océanic, ce sera encore une déception. J’ai toujours eu certains points d’interrogation sur la volonté de quelques joueurs et ils se sont effondrés dans les séries de 2013 et 2014.

AD : Rimouski en 7. Selon moi, cette série sera la plus intéressante à tous les points de vue. Une très bonne attaque contre une très bonne défense, la table est mise pour un duel enlevant. La différence? La profondeur, surtout en défensive, de l’Océanic qui poursuivra sa route jusqu’au carré d’as, non sans peine.

Wildcats de Moncton (2) c. Mooseheads d’Halifax (12)

GP : Moncton en 6. Les Wildcats ont plus de profondeur, une meilleure défensive et un meilleur gardien de but. Les Mooseheads ont Nicolaj Ehlers, Timo Meier et l’expérience des séries. Assez pour gagner 2 matchs.

JCL : Moncton en 6 (par respect pour Nicolaj Ehlers). Deux équipes qui se connaissent. Pas de surprise, pas de cachette et même pas besoin de visionner les vidéos!! Moncton a remporté le deux tiers des rencontres disputées en saison régulière et disons que leur défaite au dernier match de la saison contre les Moosheads s’est faite avec l’équipe C. Si Dubeau reste calme, tout ira bien pour les hommes de Darren Rumble. Les Mooseheads ont le meilleur joueur du circuit dans leur rang. Hélas pour Halifax, le hockey est un sport qui avantage les alignements de profondeur.

MB : Moncton en 5. L’avantage numérique des Mooseheads (34,5%) leur a donné un gros coup de main dans la série contre Shawinigan. Toutefois, les Wildcats sont une équipe assez disciplinée, qui marque beaucoup de buts, ce qui donnera droit à des festivals offensifs. Éric Brassard a bien fait contre les Cats, mais il aura un défi beaucoup plus grand lors de cette série 1/4 de finale. L’attaque des Wildcats devrait avoir raison de lui!

GV : Moncton en 7. Une série qui sera beaucoup plus longue que l’on peut s’attendre. Ehlers et Meier ont prouvé qu’ils peuvent gagner une série à eux seuls, mais peuvent-ils le faire contre une offensive aussi puissante que celle de Moncton. Dans une série avec autant de bons joueurs offensifs, la différence sera devant les buts. Dubeau est un niveau au-dessus des gardiens d’Halifax.

CL : Moncton en 7. Halifax a échangé Matt Murphy et Zachary Fucale aux Remparts cet hiver, mais Nikolaj Ehlers a pris l’équipe en charge avec Timo Meier. Devant le filet, Éric Brassard fait les arrêts. Dans le camp des Wildcats, le duo Conor Garland et Ivan Barbashev, avec Jacob Sweeney à la ligne bleue et Alex Dubeau entre les poteaux auront raison des Mooseheads.

JPO : Moncton en 5. Le retour d’Éric Brassard devant la cage des Mooseheads a eu son mot à dire dans les succès de l’équipe contre Shawinigan. J’espère que les Wildcats ont pris de bonnes notes pour couvrir Ehlers tout au long de la série. Tu te dois de donner la mission à un joueur d’être toujours dans les pattes d’Ehlers. Ce dernier peut facilement perdre le contrôle. Les Wildcats sont beaucoup plus expérimentés que les Cataractes et la belle histoire des Mooseheads se terminera en 5 matchs.

AD : Moncton en 6. Halifax a eu raison de Shawinigan, mais n’aura pas raison des Wildcats. Leur avantage numérique efficace (34,5%) en première ronde devrait s’estomper en deuxième ronde, principalement en raison du jeu beaucoup plus discipliné des félins. Si les Wildcats réussissent à contenir le trio de Nikolaj Ehlers, ils pourront s’approprier la victoire en six. Sinon, la série pourrait aller jusqu’au match ultime.

Foreurs de Val-d’Or (6) c. Drakkar de Baie-Comeau (7)

GP : Baie-Comeau en 7. La blessure à Nicolas Meloche en fin de saison a exposé les carences en défensive du Drakkar, ou à tout le moins son manque de profondeur. Or, de la profondeur, ils en auront besoin pour contrer les trois trios offensifs des Foreurs. Dans une série qui va à la limite, je favorise le meilleur gardien de but. Comme dirait Dominic Hasek, seul Dunlop a vu plus de caoutchouc que Cadorette dans les dernières années. L’expérience de ce dernier triomphera.

JCL : Val-d’Or en 6. Les Foreurs ont une défensive comme le visage de Bill Murray, poreuse. Mais comme le célèbre humoriste, ils ont des qualités qui compensent, leur offensive atomique par exemple. Les Grégoire, Boutet, St-Cyr devront en donner encore plus. Est-ce possible? Philippe Cadorette devra s’armer de patience puisque la circulation lourde devant lui sera déstabilisante. Les Foreurs ont huit joueurs réguliers de plus de 200 livres et ils ne sont pas tous statiques. Val D’or l’emportera mais attention, il faut gagner à la maison!

MB : Val-d’Or en 7. Des vieux amis de la finale de l’an dernier. Les Foreurs ont prouvé que leur attaque était bien aiguisée en marquant 30 buts dans les 6 matchs de leur série contre Rouyn-Noranda. Leur attaque aura le dessus sur la bonne défensive du Drakker sans oublier leur excellent gardien Philippe Cadorette. Les Foreurs sont en mission et le démontrent depuis le début du mois de mars. Toutefois, ils devront resserrer les rangs en défensive pour pouvoir répéter l’exploit de 2014.

GV : Val-d’Or en 6. Les Foreurs font très peur : 3 trios qui marchent offensivement, une défensive qui joue bien, mais un gardien avec encore des points d’interrogation. Mais s’il y a une équipe qui peut battre les Foreurs, c’est le Drakkar. Ils ont une bonne défensive menée par Nicolas Meloche et il y a un certain Philippe Cadorette devant les buts.

CL : Baie-Comeau en 7. Une reprise de la finale de l’année passée au deuxième tour. Les Foreurs ont une attaque dévastatrice, mais une défensive qui a quelques carences. Le Drakkar a quelques vétérans d’expérience, dont le gardien Philippe Cadorette qui devra faire la différence.

JPO : B-C en 6. La revanche de l’an dernier! Et c’est encore l’attaque contre la défensive! Les Foreurs ont encore une attaque dévastatrice, mais comparativement à l’an dernier, ils n’ont pas un Gélinas en défensive ou un Bibeau devant le filet. La défensive a peu d’expérience et on ne sait même pas qui est le gardien #1. Pour le Drakkar, le retour de Nicolas Meloche en défensive et les performances de Philippe Cadorette devant la cage du Drakkar sont un gros plus. Si Cadorette est dans sa bulle, le Drakkar aura sa revanche!

AD : B-C en 5. Jérémy Grégoire est probablement le joueur le plus redoutable en séries éliminatoires et il sera en mesure de le montrer durant cette série. Philippe Cadorette devra être au sommet de son art pour contrer la puissance attaque abitibienne, mais en restant moindrement discipliné, le Drakkar voguera vers le carré d’as.