Blogues

Statistiques avancées? En français s.v.p.?

image
par guillaumepiedboeuf, le 13 novembre 2015 | CHYZ Sports, Conduite antisportive

Par Félix-Antoine Audet

 

Qu’est-ce que le Corsi?

Le Corsi (aussi connu comme SAT sur LNH.com) est probablement la statistique avancée la plus connue des amoureux du hockey. Elle doit son nom à Jim Corsi, entraîneur des gardiens de but chez les Blues de Saint-Louis. Ce dernier est le premier à avoir commencé à compiler toutes les tentatives de tir prises dans un match pour analyser la charge de travail d’un gardien puisque ce dernier doit réagir à chaque lancer. En est découlé son utilisation actuelle alors que plusieurs amateurs ont vu la corrélation entre ces statistiques et les chances de marquer lors d’une partie.

Le Corsi consiste donc à calculer toutes les tentatives de tirs prises lors d’une partie. Que le tir soit bloqué, manque la cible, touche le poteau ou le gardien importe peu. Cette statistique nous permet ainsi d’évaluer le temps de possession d’une équipe. Elle sert aussi de remplacement pour la statistique +/- chez les joueurs afin de mieux calculer l’impact d’un joueur. La logique étant que si un(e) équipe/joueur prend plus de tirs que son opposant. Elle a plus de chance de marquer, et donc, de gagner.

Les critiques

Évidemment, comme dans tous les sports, les statistiques avancées telles que le Corsi viennent avec leur lot de critiques. Que ce soit le fait que le Corsi ne prenne pas en compte la qualité des tirs, qu’un joueur moyen avec de bons coéquipiers de trio puisse avoir un bon Corsi, qu’une équipe sera plus défensive et attaquera moins lorsqu’elle a une avance ou qu’une équipe avec un bon Corsi ne gagne pas sont les plus notables. Chacune d’elles a cependant une réponse très simple dans le monde des statistiques avancées.

Les réponses des statistiques avancées

DENVER, CO - DECEMBER 27: Head coach Patrick Roy of the Colorado Avalanche leads his team against the Chicago Blackhawks at Pepsi Center on December 27, 2014 in Denver, Colorado. (Photo by Doug Pensinger/Getty Images)

DENVER, CO – DECEMBER 27: Head coach Patrick Roy of the Colorado Avalanche leads his team against the Chicago Blackhawks at Pepsi Center on December 27, 2014 in Denver, Colorado. (Photo by Doug Pensinger/Getty Images)

« The part I don’t like about the Corsi is that you could shoot from the red line, or you could shoot from a terrible angle, and your Corsi will look good. » Il s’agit là d’une déclaration de Patrick Roy vis-à-vis du Corsi où il aborde justement le point de la qualité des tirs. « Un tir de la ligne rouge compte » est un argument correct en théorie. En pratique, cependant, est-ce quelqu’un peut me nommer une équipe tirant régulièrement de la ligne rouge? Assez rare, non? Le fait est que, les équipes qui tirent plus souvent, d’un mauvais angle ou non, contrôle la rondelle et font travailler la défensive adverse plus longtemps. Prendre un tir inutile amènera simplement l’autre équipe à récupérer la rondelle, ce qui aura un effet négatif sur le Corsi.

Pour ce qui est des critiques face aux joueurs moins talentueux jouant avec des joueurs d’élite (Par exemple Patrick Maroon avec Ryan Getzlaf et Corey Perry) où les situations particulières (une équipe qui mène 2 à 1 avec 1 minute à jouer en troisième période défend plus pour conserver son avance) le Corsi possèdent des variations qui aident grandement à mieux évaluer ces cas. Le Corsi relatif permet par exemple de constater la contribution d’un joueur par rapport à ses coéquipiers pour voir s’il les rend meilleurs ou pires. Le Corsi ajusté au pointage prend, lui, en compte les buts afin d’équilibrer le résultat pour une équipe qui est en avance ou en retard.

La meilleure critique face au Corsi est sans contredit le fait qu’une bonne équipe en possession de rondelle n’est pas nécessairement une bonne équipe au classement. Le meilleur exemple étant les Kings de Los Angeles. Ces derniers étaient l’une des meilleures équipes de la ligue en possession de rondelle l’an dernier et ont pourtant manqué les séries.

La réalité est que, le Corsi ne fait pas foi de tout. Aucun statisticien sérieux n’oserait dire le contraire. Le hockey est un sport rempli de rebonds capricieux, de malchance et d’intangibles. Le Corsi ne fait qu’évaluer qu’elle équipe à dominer la partie et non pas celle qui la gagne. Il faut donc faire attention lorsque l’on utilise le Corsi et s’assurer de le mettre en contexte avant de le faire!

C’est tout?!

Malheureusement non! Il y a beaucoup d’autres statistiques avancées et bien des manières de les analyser. Je crois cependant que le Corsi est la meilleure base possible à ce niveau. Deux autres statistiques feront cependant partie de la deuxième et dernière partie de ce billet afin de compléter ce qui représente selon moi la base de ces statistiques : le PDO et le Fenwick.

 

Félix-Antoine Audet

Chroniqueur statistiques avancées

@Felix_A_Audet

Auteur : guillaumepiedboeuf