fbpx
Blogues

Alain Souchon – Âme fifties

par Cyril Schreiber, le 24 novembre 2019 | Chéri(e) j’arrive, Critiques musicales

Après un album consacré aux chansons de son enfance (À cause d’elles), l’écriture d’un conte musical pour enfants (Le soldat rose à la fabrique de jouets) et surtout l’aventure tant studio que sur scène avec son grand ami de toujours Laurent Voulzy (tournée qui est passée par les Francofolies de Montréal en 2016), Alain Souchon revenait en octobre dernier avec un treizième album studio de chansons originales intitulé Âme fifties.

Ces 10 nouvelles chansons explorent les mêmes thématiques chères au chanteur français, notamment les amours perdues ou pas vraiment nées (Irène, On s’aimait, Presque), la nostalgie d’une autre époque, d’un autre lieu (la chanson-titre, On s’aimait) ainsi qu’une certaine forme de révolte envers les inégalités sociales (Ici et là), une lutte des classes qui se retrouve même jusque dans les différentes musiques (Debussy Gabriel Fauré). À noter aussi, un extrait d’un poème de Pierre de Ronsard, qui résume à lui seul toute la carrière, toute la spécificité de Souchon (Ronsard Alabama).

Si ce dernier écrit et compose la majeure partie de ces titres, Âme fifties est un album pour ainsi dire fait “en famille”. S’y cotoient ses fils Pierre et Charles signant quelques musiques, ses complices Voulzy et David McNeil lui donnant un coup de main pour un bout de texte ou une mélodie, Vincent Delerm, son ami et “fils spirituel”, qui officie au piano sur On s’aimait, mais aussi Keren Ann ou Édouard Baer.

Côté musique, guitares, claviers, cordes et quelques programmations rendent l’ensemble agréable, tantôt entraînant, tantôt plus posé, dans des arrangements bien souvent signés Clément Ducol. Alain Souchon cultive depuis le début des années 1970 une nostalgie qui fait du bien, avec dans cette nouvelle livraison des textes précis et une voix intacte et posée. Âme fifties, dont l’hilarant texte de remerciements où l’on reconnaît son style, à la fois désinvolte et sincère, est absolument à lire, se classe parmi les meilleures productions des dernières années de son créateur.

9/10

Le site officiel d’Alain Souchon, sa page Facebook, sa chaîne YouTube où on peut y voir les clips de Âme fifties et Presque

Cyril Schreiber