Blogues

Austra – Future Politics

sAustra
par Ariane Lehoux, le 16 mars 2017 | Critiques musicales

Un album écrit à la plume de phénix

Future Politics est sorti le 20 janvier, jour de l’investiture de Trump. « I’m never coming back here / There’s only one way / Future Politics. » Un hasard, oui, mais l’album fait du bruit en soulevant des questions propres au féminisme, aux nouvelles technologies, à l’écologie, à la politique, à la mélancolie… et à notre avenir ici. Maintenant.

Austra, c’est le second prénom de la chanteuse de cette formation électronique torontoise, Katie Stelmanis. Austra, c’est un aussi un nom emprunté à la déesse de la lumière dans la mythologie lettone. « Singing and dancing still birth« , indique Stelmanis sur sa page Bandcamp. Formée au chant d’opéra, auteure et productrice de ses chansons, elle livre ici un album d’humeurs et de réflexions, mettant en lumière sa vision d’un futur dystopique et d’un monde s’étiolant peu à peu. Le genre d’album que l’on pourra réécouter encore dans vingt ans en se cramponnant toujours de plus belle à ses mélopées poétiques et à sa pop synthétique aux harmonies ultra-dansantes. Ah, cette fascination que l’on peut éprouver pour ces nouvelles machines qui engendrent des sons hypnotiques, décalés et agréablement lancinants! Future Politics s’écouterait facilement dans l’immobilité totale, d’un bout à l’autre, suivant une perception altérée du temps, comme si notre taux métabolique se retrouvait soudainement égal à celui d’une mouche.

austra_2 2Lors d’une première écoute, on peut penser à Björk, influence importante d’Austra. Une pièce telle que All is Full of Love (Homogenic, 1997) pourrait tout à fait être la grand-tante d’une pièce aussi cinématique que Beyond a Mortal. Véritable musique de film. Après Björk, immédiatement j’ai pensé à la chanteuse Natasha Khan de Bat for Lashes. Point commun : cette eurythmie doucereuse et inusitée dans la voix. Ceci, en gracieux accord avec maints entrelacs de genres : darkwave, house, trip hop, opéra, etc. Les chansons I’m a Monster et 43 m’ont rappelé l’album Fur and Gold (2006) de Bat for Lashes, notamment sa première pièce Horses and I.

Enfin, à la manière d’Amazon et de son « Frequently Bought Together » ou « Customers Who Viewed This Item Also Viewed« , je vous dirais que si vous aimez Goldfrapp, Soley, CocoRosie, Florence and the Machine ou The Knife, les probabilités sont très bonnes pour que vous aimiez aussi Austra.

 

Pour vous procurer Future Politics, rendez-vous sur la page officielle d’Austra ou sur Bandcamp.

Pour suivre Austra sur Instagram, c’est par ici!

Auteur : Ariane Lehoux

Du même auteur