fbpx
Blogues

Bertrand Belin – Cap Waller

par Guillaume Pépin, le 17 juin 2016 | Critiques musicales

Bertrand Belin semble issu de deux mondes à la fois.  De par son chant, il appartient à une longue tradition de chanteur français à la voix basse et à l’interprétation très portée sur la livraison du texte. Inévitablement, on pense au Bashung de Fantaisie militaire et de Bleu pétrole. Belin partage effectivement avec le grand Alain un certain détachement dans le phrasé, une retenue dans le chant. La comparaison s’arrête toutefois là, puisque Belin, bien qu’appartenant sans contredit à une certaine tradition de la chanson, ceint son œuvre d’une esthétique résolument contemporaine, ne serait-ce qu’en raison du minimalisme des arrangements et de la proéminence des guitares électriques.

Les ambitions orchestrales sont ici troquées pour de subtils synthétiseurs et des batteries très répétitives, laissant toute la place à Belin, sans pour autant devenir accessoires. Au contraire, Cap Waller est un disque très rythmé et Belin interagit avec l’instrumentation construisant ces grooves hypnotiques par le biais d’une écriture très impressionniste, très ludique dans sa langue. Belin nous apparait vouloir faire émerger le sens du geste fondant l’écriture même, des associations phonétiques qui jaillissent momentanément sous sa plume. La gravité et la justesse de l’interprétation jurent parfois avec le cabotinage qui traverse les paroles, mais c’est très souvent de cette tension que nait la fascination qu’exerce sur nous Cap Waller.