fbpx
Nouvelles

Club Critique – 19 mai 2021

par Gabriel Tremblay, le 21 mai 2021 | Club Critique, Critiques musicales, Nouvelles

 

LUMIÈRE – A​.​M​.​I​.​E​.​S​.​A​.​M​.​O​.​U​.​R (Émilie Rioux)

Rempli de mélodies d’été et de roadtrip, A.M.I.E.S.A.M.O.U.R, deuxième album de LUMIÈRE, se veut aussi un album concept ancré dans les années 1970. Les influences folk-rock sont nombreuses dans les chansons d’Étienne Côté, leader de la formation, où il n’est pas rare d’entendre des échos d’Harmonium et de Beau Dommage, dans un esprit de création collective. L’instrumentation dense donne à entendre les arrangements de Mathieu David Gagnon et la réalisation d’Alexandre Martel qui embellissent le périple musical de belle manière. Quitte à tomber dans le cliché, on doit dire que ça sonne comme une tonne de brique et que LUMIÈRE arrive juste à temps pour les fenêtres ouvertes des beaux jours d’été. 

8/10

 


Lary Kidd – Le poids des livres (Gabriel Tremblay)

Après Contrôle, Contrôle V2 et Surhomme, Le poids des livres est la troisième sortie et demi pour le deuxième L de Loud Lary Ajust. Un mini-album tout droit sorti des années 90, gracieuseté des intrus old-school hip-hop de Ajust. C’est un Lary Kidd en pleine possession de ses moyens qui dépose sa plume et son flow décontracté sur les beats street-rap jazzy de son acolyte de toujours. Calme, articulé, imprévisible, loufoque, fier, ironique et cynique, Laurent Fortier s’affirme comme le parrain du rap jeu avec cette parution impeccable. Malgré son format poche, Le poids des livres est un «masterpiece» en soit, rien de moins. Le jeune homme est mort, vive le vieil homme. 

8.5/10

 


St. Vincent – Daddy’s home (Guillaume Pepin)

 Annie Clark se montre encore une fois sous la forme d’un autre personnage. Cette fois-ci elle rend hommage à la musique américaine des années 70  (classique rock, soul, funk, country), accompagné de Jack Antonoff qui avait également réalisé son album précédent Masseducation. Cette tournure mature nous laisse un peu sur notre faim, alors qu’aucune piste ne réussit à nous surprendre… ce qui donne un album plutôt neutre et quelconque. Il y a bien de super moments comme le premier extrait Pay Your Way In Pain, où les arrangements sont bien sûr à la hauteur du talent de St. Vincent.  Malgré tout, rien ne marquera les esprits ici.

6/10