fbpx
Nouvelles

Club Critique – 26 mai 2021

par Émilie Rioux, le 29 mai 2021 | Club Critique, Critiques musicales, Nouvelles

 

Sylvie – Cannabis & Coffee Club (Émilie Rioux)

Parfois jazz, parfois prog, parfois psychédéliques, la jeune formation montréalaise Sylvie a tout pour nous faire tomber en bas de votre cheval avec leur premier long jeu Cannabis & Coffee Club. Pendant que l’excellente chanson J’avais un char exprime le désespoir d’habiter loin de la personne qu’on aime « gros comme le soleil », Bleu Pâle est un voyage astral pink floydien qui célèbre la joie de faire des ricochets dans l’eau. C’est la poésie du quotidien au croisement d’un joyeux bordel d’absurdités musicales qui prouve la virtuosité des musiciens. Garder Sylvie sur votre radar sera sans doute la meilleure décision de votre été.

7,5/10

 


Yoo Doo Right – Don’t Think You Can Escape Your Purpose

(Gabriel Tremblay)

Le trio post-rock/kraut rock montréalais revient dans le futur avec Don’t Think You Can Escape Your Purpose, un album de 8 chansons qui pourraient très bien en être qu’une seule. Fort d’une construction drônique, voire space-rock, ce premier long jeu de Yoo Doo Right est le compagnon de voyage interstellaire idéal. La puissance de cette galette galactique, c’est de loin l’enchaînement des pièces. L’auditeur a littéralement l’impression d’écouter une seule et unique pièce de 40 minutes. Dire que Don’t Think You Can Escape Your Purpose sonne comme une tonne de briques serait un cliché d’euphémisme. Disons plutôt que ça sonne comme un champ d’astéroïdes. Par contre, on y retrouve quelques moments de relaxation passagers, comme sur Marché des Vivants, où un synthé atmosphérique domine sur tous les autres instruments pendant près de 4 minutes. Ne manquez pas le décollage, cela vaut vraiment, mais vraiment la peine d’embarquer et de prêter l’oreille ! 8/10

 


Mdou Moctar – Afrique Victime (Vincent Leboeuf Gadreau)

J’ai fait l’agréable découverte du 5e long jeu de Mdou Moctar, auteur-compositeur-interprète nigérien connu surtout pour ses prouesses de guitariste virtuose. Sa musique se caractérise par une grosse influence Touareg avec un côté rock psychédélique manifeste, des touches d’afro-blues et de musique traditionnelle saharienne. Les rythmes traditionnels rapides accompagnent des mélodies et progressions harmoniques minimalistes mais entraînantes. La répétition de certains motifs et la montée en intensité dans ses pièces amènent un côté méditatif. Ses chansons étant pour la plus part chantées en Tamasheq, les thèmes souvent abordés sont l’Islam, l’amour, la paix et l’éducation. La pièce éponyme de ce 5e album, Afrique Victime, est celle qui m’a le plus marqué. Elle démontre un équilibre parfait de tous les styles qu’il incorpore à sa composition et est également la plus accessible et entraînante de l’album. La guitare acoustique prend également une place très intéressante dans les pièces Ya Habiti, Tala Tannam et Layla.

7,5/10