fbpx
Blogues

Navet Confit – EP 7 : Toune de feu de camp

par Émilie Rioux, le 28 juin 2016 | Critiques musicales

On peut difficilement nommer un artiste québécois plus prolifique que Navet Confit. Plusieurs se souviendront du lancement simultané de 3 albums sur bandcamp en 2013, qui furent réunis ironiquement, la même journée, sur un Bestove.

Photo : Eva Landry

Photo : Eva Landry

La dernière création de Jean-Philippe Fréchette (a.k.a Navet), titrée LOL, nous avait donné quelques bons hit comme « Criss que t’es conne », « Février (pas comme la chanson de Vincent Vallière) » et « Mannequin de magasin », cette dernière chanson ayant même fait l’objet d’un album complet de reprise.

Bref, Navet Confit ne fait jamais rien comme tout le monde, encore moins lorsque vient le temps de faire des disques. Il est donc inutile de tenter de classer sa dernière parution, EP7, dans une quelconque catégorie. Disponibles en ligne depuis le 13 mai, échangeables contre 4 petits dollars, les 5 chansons du EP nous entraînent dans une thématique de camping, de plein air et…de poésie interstellaire.

En ouverture, Ton voyage, cousue de synthétiseurs et de distorsion, est ponctuée d’une question qui nous brûle tous les lèvres : est-ce que c’était bien ton voyage? Les trois pièces suivantes nous transportent dans un environnement assez pop, plannant, fait de mélodies tranquilles et d’arrangements transcendants. Triangles constitue peut-être même la pièce la plus folk et la plus « sérieuse » du répertoire entier de Navet, tandis que Vers la mer ou vers le ciel s’étire sur un voyage en nature de plus de 6 minutes. Un corps termine l’album sur des sonorités du 3e type; un point d’exclamation musical qui n’est pas sans rappeler les premiers albums d’MGMT (si on se permet une comparaison).

Somme toute, EP 7 est un beau trip des plus « navesque », où la distortion est mise de côté pour laisser souffler le vent d’été souffler.

Écoutez (et achetez) l’album ICI : Le Bandcamp de Navet Confit