fbpx
Blogues

Dragos Chiriac a écouté Vapor City de Machinedrum

par Guillaume Pepin, le 25 novembre 2013 | Critiques musicales

 

machinedrum-vapor-city-review-10.1.2013

Dragos sur Machinedrum – Vapor City

 

Travis Stewart, c’est le nom d’un gars qui fait partie de 100 bands et qui a composé 10 000 albums. Sans farces, ce type a un curriculum très impressionnant. : il fait partie de Sepalcure, de Jets, de Dream Continuum et il est Machinedrum, son projet dans le cadre duquel il a publié 27 albums… depuis l’année 2000. Pour cette courte critique, mon mandat est de parler de son dernier : Vapor City (29/09/2013).

 

J’aime l’œuvre de Machinedrum dans l’ensemble, alors j’étais heureux de pouvoir analyser son dernier bébé. J’ai apprécié l’album, qui m’a fidèlement assisté pendant mes études universitaires des derniers jours. Il s’agit d’un mélange de Trip-Hop et de percussions Drum & Bass rapides (150 BPM et+), pas mauvaises pour aider à garder le focus. Il y a également des passages Trap ayant des voix down et up pitchées (SeaSea et Eyesdontlie en sont de bons exemples), parce que c’est bien cool dernièrement dans le Trip-Hop et le Trap selon « la mode » (on ira probablement lasser l’auditoire de ce trend, en surfant sur une popularité passagère, avant de se réinventer).

 

Les percussions sont les piliers solides de l’orchestration de l’album : c’est la force de Machinedrum, qui les a franchement bien travaillées, et ce, d’une manière originale et variée. Le compositeur semble prendre particulièrement du plaisir à nous faire entendre des « pattern » différents, mais complémentaires, dans chaque oreille de manière à donner un effet stéréophonique large que j’adore. La qualité sonore est également excellente : ses mix ont toujours de la profondeur et de la largeur, les instruments sont tous arrondis et il n’y a aucun son agressif ou fatiguant pour l’oreille. D’un point de vue stylistique, les morceaux Dont 1 2 Lose U, Infinite Us et Center Your Love, qui me fait vaguement penser à du Boards of Canada, se sont démarqué pour moi. Pour le reste, on dirait qu’il y a quelques chansons de « remplissage » qui ne me semblent ni bonnes ni mauvaises. Il y a certaines pistes comme Baby Its U, U Still Lie et Vizion, qui n’ont aucune caractéristique particulière contribuant à nous les faire rejouer encore et encore dans notre esprit. Ces chansons plus faibles rendent l’album simplement « OK ». Peut-être, auraient-elles pu faire l’objet d’un tri? J’ai pourtant essayé de trouver ça bon et cool, mais j’ai échoué.

 

Ma note globale : 6.66/10

 

Dragos Chiriac : artiste/compositeur de musique électronique et hip-hop. Je fais partie de deux groupes : l’un, solo, a mon nom et l’autre, duo, s’appelle Careful. Côté études, j’ai un background musical en piano classique, en philosophie (baccalauréat en 2011) et en réalisation audionumérique (certificat en 2012 et maitrise en 2013). Je débute également un doctorat dans le même domaine à l’hiver 2014. D’un point de vue de chercheur, je m’intéresse à l’enregistrement analogique, au mixage, au matriçage et au design sonore. D’un point de vue humain, j’adore la musique par dessus tout.