fbpx
Blogues

Julien St-Georges s’est perdu dans le voyage éternel de Corridor

par Guillaume Pepin, le 23 juin 2015 | Critiques musicales

Corridor- Le voyage éternel

 

 

Marjo, elle fait des steppettes. Marjo est illégale. Marjo dit des bêtises aussi. Le rock au Québec a une relève digne de notre intérêt, et d’ailleurs le groupe Corridor en est une preuve. Comme Ponctuation, Mauves, YOKOFEU, CHOCOLAT, ce quatuor de Montréal se sert du français dans leurs offrandes aux dieux rockeurs. Dans leur deuxième album, Le Voyage Éternel, ils continuent le chemin qu’ils avaient tracé avec leur premier opus Le Magicien en toi, soit une aventure sonique à la fois lourde et légère. Imaginez Mac DeMarco qui ferait des covers de Joy Division dans une station spatiale. On plane juste assez en suivant les guitares aériennes, mais la bassline et la batterie nous maintiennent les pieds sur la piste de danse.

 

Malheureusement, les paroles de certaines pièces se perdent dans l’atmosphère en distorsion, si bien peaufinée par les membres du groupe et leur instrument. Cela ne nous décourage pas pourtant d’en faire une deuxième écoute. Un léger effort qui nous permet de suivre les textes rétro futuristes qui complètent parfaitement l’expérience de ce voyage éternel.

 

 

Tounes «deux pouces en l’air» : L’entrée du portail Plasma fontaine Sentinelles – Passage Secret

 

8/10