fbpx
Blogues

Justine Massicotte a écouté Julia with blue jeans on par MoonFace

par Guillaume Pépin, le 31 octobre 2013 | Critiques musicales

 

oonface-julia-with-blue-jeans-on-2013

Moonface nous arrive avec un troisième album, Julia with Blue Jeans On, plus épuré et sans doute plus intime encore que les précédents. Spencer Krug y délaisse les composites atmosphériques auxquels il nous avait habitué au profit de pièces entièrement interprétées au piano, sans pour autant perdre en intensité. Autant le dire tout de suite, je ne crois pas à l’objectivité d’une critique musicale et encore moins lorsqu’elle vient de moi – c’est une imposture (probablement la seule) qui ne me colle pas. Ma position épistémologique étant tirée au clair, passons du côté futile, c’est-à-dire au terrain vague de ce que j’en ai pensé. Les mélodies progressives, rythmées et par moments imprévisibles se mêlent à une prose qui permettent d’ouvrir sur un univers introspectif à la fois troublant et réconfortant. Je dis cela, car la musique de Spencer est avant tout pour moi paradoxale ; elle est à la fois douce et violente, irrésistible et insaisissable. Parler de Moonface, c’est aussi parler de passage, (sans doute parce que j’ai écouté l’album dans un train en pleine forêt dépeuplée par l’horizon). On entre dans cet endroit indéterminé, on y chemine et la prochaine chose que l’on remarque, c’est qu’on a déjà fait des cartes-postales de nos souvenirs qu’on superpose au tableau pour le rendre familier. Mention-autodéclarée-toute-spéciale à la pièce Everyone is Noah, Everyone Is the Ark surement parce que je suis dans la Bible par-dessus la tête et qu’elle est belle.

9/10