Blogues

KNLO – Long Jeu

par Chroniqueur CHYZ, le 8 novembre 2016 | Critiques musicales

par Julien St-Georges Tremblay

Loin d’être un ancêtre, le 2pac d’Alaclair Ensemble trouve des nouveaux moves sur les touches de ses synthétiseurs comme sur le court de basket. Avec son premier Long Jeu, KNLO est au sommet de sa forme. On espère qu’il ne cessera pas de jouer de si tôt.

Loin d’être un nouveau venu, KNLO était dans les pionniers de la nouvelle vague du Rap Keb. Pour un cours accéléré de beatmaking, allez regarder ses couleurs. Ajouté à sa palette sonore ses qualités de brizasseur de fizzoule invétéré et vous aurez une bonne idée de son premier album. Long Jeu oscille entre les rythmes qui balancent le bassin et l’expérimentation. Un juste milieu entre des structures rythmiques classiques du Hip-Hop, comme le scratch, et des détails purement électroniques.

maxresdefault
Toutes les tracks ont des rythmes dansants et rarement bruyants ce qui laisse beaucoup d’espace aux textes. Les subtilités des textes sont audibles et clairs, contrairement aux tendances Trap. Les mots ont leur poids dans le Hip-Hop et KNLO nous le rappelle. Tous ses invités (Caro Dupont, Eman, Robert Nelson, Lou Phelps et Jam) suivent les pas de cette danse tranquille et énergique de 47 minutes.

 

La poésie est en puissance. Et quelle poésie! Des phrases qui sonnent comme la meilleure fête de quartier. Une poésie joyeuse (« L’arbre tombe toujours du côté qui penche ») et lucide (« Les stress de la vie me ruminent comme une vache ») qui nous donne le goût de trouver cette petite magie du quotidien, pis l’amour (« Mon plaisir de voir ton plaisir après une avalanche de baisers »). Du positivisme sans compromis qui rend compte des petites incertitudes quotidiennes. On en redemande!

KNLO réalise un album dense divisé en 14 chansons qui donnent l’impression de dresser un portrait souriant d’une pierre angulaire du Hip-Hop. Un classique qui arrive surement d’un futur lumineux.

Mes deux incontournables :

Coquillages : Un instrumental smooth comme du Baileys dans un lequel KNLO verse un flow expresso musclé. La voix crème fouettée de Caro Dupont complète le dessert musical.

Ville-Marie : Lou Phelps est mon featuring préféré sur l’album. Évidemment Eman et Robert Nelson sont excellents, tout comme Jam, mais l’énergie posée de Phelps m’a accroché instinctivement. Pour en rajouter, l’instrumental est proche d’une simple perfection.

Auteur : Chroniqueur CHYZ