fbpx
Blogues

Marie-Soleil Guérin Girard a écouté Denys Arcand de Lucil

par Émilie Rioux, le 1 mars 2016 | Critiques musicales

par Marie-Soleil Guérin Girard

Lucil est un groupe basé à Québec, plus précisément à Limoilou. Denys Arcand est leur deuxième album, quoique les deux opus aient la taille d’un EP. Leur premier album est paru en février 2015 et Denys Arcand est sorti en décembre 2015. Sur l’album, on retrouve quatre chansons. Le style musical préconisé par le groupe s’apparente au blues grass francophone quoique le groupe s’accole lui-même l’étiquette de blues alternatif francophone. Pas choquantes du tout, les sonorités de l’album nous font taper du pied. L’album me donne l’impression d’être dans une grande fête avec la présence de l’harmonica, la basse grave marque le tempo; le tout accompagné par une guitare qui maitrise bien les accords et par des percussions là où il le faut!

Par ailleurs, mention spéciale pour le guitariste, les riffs joués ainsi que les quelques distorsions donnent un aspect assez planant, notamment la pièce Par la fenêtre. Simplement à fermer les yeux pour se sentir envouté par cette chanson. La pièce nous invite à danser Je t’en pris viens avec moi […] danser ce qui me reste de vie. Un peu comme si la soirée arrivait à sa fin, le temps d’une dernière danse.

Les étoiles est aussi rythmée que les autres pièces, mais le texte en soi vaut l’écoute! À mon avis, il s’agit d’une belle métaphore. Le chanteur dit Je suis une star pour les étoiles. On a l’impression que les étoiles sont le public, la lune serait le spot de lumière éclairant le chanteur sur scène. Une belle manière de parler métaphoriquement de la profession de musicien!

La pièce Marie est sans doute la plus « tranquille » de l’album. Le tempo est plus lent, on prend beaucoup plus le temps d’écouter les paroles. Le titre de la chanson n’est pas anodin, j’ai l’impression qu’on fait quelque peu référence à LA Marie, la mère de Jésus. Marie sort du désert, vient éclairer la nuit, Marie vient-en danser, Marie vient-en danser! […] On a changé l’eau en vin. La chanson mélange certains référents de la chrétienté qui me font encore hésiter sur la signification réelle de la chanson, peut-être saurez-vous trouver! Par ailleurs, comme ça, peut-être aurez-vous remarqué la référence chrétienne sur la pochette de l’album, on y voit une statuette s’apparentant à celles présentes dans les églises. D’ailleurs, vous noterez que dans plusieurs films du cinéaste Denys Arcand, on remarque la présence de statuettes religieuses, notamment dans Les invasions barbares et Jésus de Montréal.

Somme toute, ce n’est pas le style musical que je préconise et heureusement que je suis tombée sur Lucil, il m’a réconcilié avec le blues francophone. Je le conseille fortement à l’amateur du blues grass, à celui fier des groupes de chez nous ou pour la découverte en soi de ce groupe émergent!

Lucil2