fbpx
Blogues

Pierre Lapointe – Pour déjouer l’ennui

par Cyril Schreiber, le 24 octobre 2019 | Chéri(e) j’arrive, Critiques musicales

Pierre Lapointe est en feu : après le sublime La science du coeur (2017) et le plus rock et oubliable Ton corps est déjà froid (2018), le voilà qu’il revient avec un album-surprise, Pour déjouer l’ennui (Audiogram), dont la réalisation et la direction musicale sont signés Albin de la Simone, chanteur, musicien français et surtout grand ami et “alter ego” de l’artiste québécois.

On y retrouve 12 nouvelles et belles chansons à ajouter au répertoire déjà riche de Lapointe, qu’il qualifie lui-même de “berceuses pour petits enfants devenus grands”. Calme et apaisé est le ton de cet album enregistré au mois d’août 2017, volontairement sorti après les deux précédents pour finaliser cette trilogie, boucler la boucle en quelque sorte. 

Si Lapointe signe la majorité des textes et musiques, il n’a pas hésité à collaborer avec différents intervenants pour faire naître ces nouvelles chansons : outre de la Simone, on retrouve entre autres Clara Luciani (à l’écriture et au chant de Qu’est-ce qu’on y peut ?, un beau duo), Daniel Bélanger, Félix Dyotte, Philippe B et les frères Chiasson (Julien et Hubert… Lenoir). Ces textes parlent encore et toujours de l’amour (impossible, incompréhensible, mystérieux), thème éternel que le chanteur québécois n’hésite pas à exploiter encore une fois, au détriment parfois d’une certaine originalité et audace.

La délicatesse des mélodies et des arrangements rappelle souvent l’album piano-voix Paris tristesse (2015), en version guitare cette fois, puisque c’est cet instrument, livré par Joseph Marchand et Nicolas Basque, qui est mis de l’avant, sans que soient négligés les claviers ensorcelants d’Albin de la Simone ni les sublimes chœurs qu’on retrouve au fil de l’album. Seuls quelques “emballements”, quelques emportements au niveau de l’interprétation, viennent saborder toute cette douceur, à peu de reprises heureusement.

Pour déjouer l’ennui n’a peut-être pas l’éclat incandescent de La science du cœur par exemple : on est plutôt ici dans le domaine du clair-obscur, du voilé. Ce qui nécessite possiblement plus de temps et d’effort pour en voir toutes les subtilités, toutes les beautés. Il est en tout cas un autre jalon d’une carrière plus qu’impressionnante.

Pierre Lapointe sera en spectacle en février prochain à Québec (au Grand Théâtre) et à Montréal du côté de l’Usine C.

8.5/10

Le site officiel de Pierre Lapointe, sa page Facebook, ses chaînes YouTube (ici et ici).

Cyril Schreiber