Blogues

Qu’est-ce que Drieu La rochelle?

par Guignols' Band, le 13 novembre 2017 | La Tectonique des Nations

Aujourd’hui, ce n’est plus grand-chose. Un auteur pléiadisé dont l’œuvre en coûteux papier bible laisse échapper des relents de souffre qui davantage que le contenu éloignent ou attirent des lecteurs.

Pourtant, Drieu ce n’est pas que cela. Et puis, Drieu ce n’est pas toujours bien clair.

C’est d’abord, un jeune homme qui échoue sa carrière et qui avant cela avait vu son père échouer la sienne. C’est encore un jeune homme lancé dans la Grande Guerre et qui en ressortira blessé; marqué à la fois dans la chair et dans l’âme.

Dandy des lettres, il multiplie les conquêtes féminines; lui qui ne se trouve pas beau et qui d’ailleurs ne l’est pas. Il ne pourra jamais oublier que l’amour c’est dans l’appartement crade d’une prostituée qu’il l’a découvert; l’amour de Drieu c’est glauque, cela brime, cela souille, mais surtout : cela déçoit.

Ce survivant qui mariera la sœur d’un cadavre. Ce philosémite devenant antisémite marié à une juive. Il l’a sauvera, bien plus tard – bien après avoir divorcé et dépensé la dot. Et, en la tirant des camps, c’est beaucoup lui qu’il sauvera.

Ce compagnon de route des Dadas mais moquant Breton – du moins l’affirmera-t-il par après dans ses écrits.

Cet homme cherchant à Gauche la réponse à ses questions politiques et morales, mais dont la peur de la décadence qui le hante et l’anime le poussera au fascisme socialiste et donc dans les bras des idoles aryennes du National-Socialisme du drôle de petit homme à moustache, lui aussi vétéran de la Grande Guerre, prophète – Guide – de la régénération de l’Europe par la force et la germanité.

Écrivain-collabo et directeur de la NRF en zone occupée, une fois les fausses idoles renversées et les chimères nazies refoulées, il ne lui reste plus qu’à les rejoindre et devenir un suicidé – lui dont l’œuvre révélait une fascination pour le suicide.

« Oui je suis un traître. […] Oui, j’ai été d’intelligence avec l’ennemi. […] Mais nous avons joué. J’ai perdu. Je réclame la mort. »

Drieu, c’est un grand gâchis. « Un grand mauvais auteur » comme nous dit Sollers.

Pourtant, c’est aussi des moments d’intense universalité romanesque. Une langue exquise qui nous rappelle celle de Barrès. C’est le témoignage, parfois falsifié, d’un homme sortant d’une classe qu’il sait mourante; qu’il ne veut pas sauver mais qui ne trouve pas de nouvelle classe où se caser et qui ne pourra que la fantasmer dans l’héroïsme version SS. Malheureusement, Drieu a laissé ses dégoûts le guider en lieu de ses goûts.

C’est l’auteur du requiem de la bourgeoisie française qui sous le Gaullisme se sera crue sauvée, mais dont la mort est aujourd’hui constatée.

Auteur : Guignols' Band