Blogues

Bilan FEQ 2016

FEQ2
par Caroline Martel, le 20 juillet 2016 | Chéri(e) j’arrive, Non classé, Sur la route

C’est avec brio, plusieurs améliorations et une grande diversité musicale que c’est conclue la 49e édition du Festival d’été de Québec [FEQ] qui s’est déroulée sur 11 jours de festivités entre le 7 et le 17 juillet 2016. Au total, 300 spectacles, sur une dizaine de scènes d’un coin à l’autre au coeur de la capitale nationale, ont provoqué l’émoi et la bougeotte au cœur de la ville de Québec, et ce d’une manière positive et créative.

Les idées brillantes

Un coup de maitre, cette année, de la part du FEQ, aura été la manière de contrer l’espace habituel réservé à la scène gratuite Bell Fibe, normalement située dans l’espace vert du Parc George V. Le nouveau lieu amélioré a assurément su ravir le cœur, l’estomac, les oreilles et les yeux de nombreux festivaliers, par un espace enchanteur de détente, dédié à la musique locale et aux groupes émergents de Québec. Plus d’une trentaine d’artistes québécois ont pu se produire et convaincre le choix du public de s’être déplacé, soit par pur hasard ou d’une manière déterminée.

Un autre bon coup, à mon humble avis, se pose également, sur les vidéos récapitulatives, dévoilées sur les divers médias sociaux, après chaque soir de festivités. Une manière brève et touchante de se rappeler ou de revivre les bons moments vécus la veille.

Finalement l’un des meilleurs coup de cette édition, en tant que grande promotrice de la chanson locale et francophone, aura été la panoplie de choix musicaux locaux sur les scènes de la basse ville, autant qu’à l’espace Bell Fibe, qu’au carré d’Youville et qu’au Parc de la Francophonie. Il me fait énormément plaisir de voir des noms tels que Mon doux Seigneur, JP Couet, Socalled, Philémon Cimon, Raton Lover, Gabrielle Shonk, Pandaléon, Men I trust et j’en passe autant que de grands artistes internationaux se dispuser les 11 jours de célébration.

Les suggestions d’amélioration

Un festival d’une telle envergure ne va jamais sans quelques suggestions d’amélioration bien évidemment. En effet, malgré la belle amélioration faite pour la scène du Parc de la Francophonie, soit avec l’ajout d’un écran géant, la foule toujours trop nombreuse n’a que rarement pu rentrer dans sa totalité sur le site. Une problématique qui, malheureusement, revient chaque année. La suggestion serait peut-être, à ce moment, de jouer au niveau de la gestion de la foule attendue en fonction de l’artiste. Les premières et deuxièmes parties de ce site pourraient rester amalgamées à cet endroit alors que d’autres grandes têtes d’affiche déplaçant de grandes foules pour cet espace pourraient devenir les premières parties d’artistes de la scène Bell.

La grande épopée de l’eau et des communications s’y rattachant, laissant parfois monsieur madame tout le monde dans l’incertitude serait une autre suggestion d’amélioration. Il faudrait tout simplement veiller à doubler voire tripler le nombre de fontaines d’eau accessibles sur le terrain ou bien à alléger les règlements en vigueur, et ce, en tentant d’être le plus clair et cohérant possible auprès de la grande équipe de partenaires et bénévoles du FEQ, qui, à mon avis, on effectué un travail exemplaire.

Coups de cœur musicaux

The Tallest Man on Earth – De la passion à l’état pur !

Quel spectacle de feu ! Un grand homme, de par son attitude, sa passion, sa folie et sa confiance que ce Jens Kristian Matsson accompagné de ses musiciens que j’ai pu voir dans un Impérial plus que bondé de fans en ce premier samedi de festivités. Un spectacle où la musique s’est unie dans une symbiose parfaite à la création.

TallestMan

The Lumineers – Une attitude chaleureuse et humble

The Lumineers a, pour moi, surpassé les attentes de par leur simplicité et leur amour naturel pour leur public. Une complicité attachante s’est rapidement créée dépassant la musique et les effets visuels. C’est une ambiance chaleureuse dont les plaines d’Abraham ont été recouvertes ce soir-là, et cela m’a plu énormément. 
Lumineers

 

 

 

JulyJuly Talk – Complètement déjanté

Le spectacle de July Talk m’a remplie de belles émotions, d’étonnement et de rire. Je me suis tout simplement amusée et laissé prendre au jeu et à la folie théâtrale de July Talk alias, Leah Fay. Un réel phénomène, une expérience que je me plais à décrire d’unique et qui m’a assurément donné le goût de revoir la formation le 1er novembre prochain à l’Impérial.

 

 

 


50eFEQ
On voit grand pour le 50e !

C’est sans relâche que le Festival d’été de Québec poursuit donc ses activités, et ce, dans l’espoir d’attirer encore un plus grand nombre de curieux satisfaits pour le 50e l’an prochain. Toute l’équipe de la programmation, déjà très active à l’élaboration de cette flamboyante édition saura assurément, encore une fois, nous sortir de notre zone de confort, nous faire vivre de nouvelle expériences musicales, tout en comblant les nostalgies certaines de bons nombres de Québécois par des artistes bien connus entre le 6 et le 16 juillet 2017. D’ailleurs, un nouveau logo fraichement revigoré pour l’occasion vient tout juste de faire son apparition, un travail de la firme Kilovolt Créativité Stratégique. Bonne continuité à toute l’équipe du FEQ! 

 

 Pour vos oreilles: 

Dark Bird Is Home by The Tallest Man On Earth

Auteur : Caroline Martel