fbpx
Nouvelles

Festival BleuBleu : Jour 2

par Émilie Rioux, le 27 juin 2021 | Chéri-e j’arrive, Nouvelles, Sur la route

Un texte d’Émilie Rioux et de Guillaume Pepin

Petite journée grise. La Baie-des-Chaleurs est en huile. La brise qui vient du fleuve fait office d’air climatisé.

La #teamgaspésie de CHYZ a des petits cernes au coin des yeux mais le sourire aux lèvres pour mordre dans la 2e journée du BleuBleu. Le programme sera très éclectique : du néoclassique à l’église, du folk-blues sur le quai, de la pop dans un shack, du rap sur un bus. On commence le périple par une petite jasette sur le bord de l’eau avec Rachel Leblanc a.k.a Vanille, sur le point de donner un spectacle intime plein de nouvelles chansons.

Place aux émotions pour Flore Laurentienne (le mythique projet de Mathieu David Gagnon) qui allait résonner dans l’église St-Joseph (qu’on a visité la veille).

Impossible de ne pas avoir de grands frissons qui traversent le corps, comme un choc électrique, à chaque fois qu’on entend Fleuve n°1 et Fleuve n°3. Il y a quelque chose dans le mariage des violons et des claviers, dans le crescendo de la vague musicale ou encore dans l’écho naturel de l’église qui est à couper le souffle. Ce projet demeure un incontournable, peu importe le lieu dans lequel il est présenté.

Après une petite jasette sur le perron de l’église pour décanter nos émotions, on se met à la recherche du terrain de balle molle, où on a rendez-vous avec la sensation rap québécoise du moment : Maky Lavender. On salue au passage nos amis du Mixbus, occupés à préparer le terrain, puisque c’est sur le dessus de leur légendaire autobus que vont avoir la chance de jouer les artistes de fin de soirée.

On branche les micros, on s’installe tranquilles, et on fait connaissance avec le très coloré et verbomoteur Maky :

On a le temps d’attraper à manger et à boire au Naufrageur avant de redescendre au quai de Carleton (définitivement notre scène préférée) pour aller se brasser la tête au rythme des guitares grasses de Fred Fortin, en power-trio juste à temps pour le 5 à 7. Le musicien de St-Prime est tout sourire et visiblement très heureux de revenir sur scène pour une des rares fois cet été, un plaisir partagé avec le public du parterre et leurs enfants – des futurs festivaliers du BleuBleu déjà très enthousiastes. Madame Rose, Le Mur, Led Zeppline, Tapis Noir s’enchaînent avant que « Fred Fortin » se change en « Gros Mené » pour le rappel avec Vénus et St-Prime pour nous faire virer d’tssour sous les quelques gouttes de pluies qui font friser la mise en pli des festivaliers.


Sous une pluie qui continue à s’installer graduellement, on se retrouve à 10 minutes de marche, à La Cabane à Eudore, pour deux prestations qui fonctionnent à merveille avec la grisaille du moment. Shaina Hayes nous offre ses chansons aux accents folks, appuyées de sa voix à la fois chaude et rugueuse. Elle nous chante avec on ne peut plus de justesse : «I’ll Make It Rain On You». Avec David Marchand (Zouz, Mon Doux Saigneur) au lap steel, on s’ancre de plus en plus dans l’ambiance du paysage qui nous entoure.

Vanille suit en formule duo guitare/basse avec son amoureux Christophe Charest (Mort Rose) pour nous offrir en rafale Fleur, Phonème, Carte du Ciel et d’autres pépites de son premier album sorti en janvier dernier. Sous un ciel qui nous offre tranquillement un répit de parapluie, Rachel Leblanc et sa grande répartie attachante nous présente ensuite ses nouvelles compositions inspirées d’un séjour au fond des bois. Plus posées, ces nouvelles œuvres donnent le ton à un album plus introspectif à venir.

On revient finalement devant le Mixbus au moment où Maky Lavender et son DJ font sauter et groover les fans de musique, habillés de leurs plus beaux imperméables et ponchos, contre vents et marées. Force est d’admettre que le rappeur est gonflé à bloc, en pleine maîtrise de son répertoire, en plus d’être un animateur de foule incroyable. De quoi convaincre les sceptiques et recruter des nouveaux fans de rap’ queb au  coeur de la gaspésie.

On quitte les lieux, trempés jusqu’aux os, mais le coeur heureux de ce que Carleton nous a offert pour ce deuxième jour du premier festival de l’été.