fbpx
Nouvelles

Port-O-Swing : faire le deuil du plancher de danse

par Émilie Rioux, le 27 juin 2020 | Nouvelles

Dans l’ancien monde, les soirées swing hebdomadaires des Salons d’Edgar étaient une occasion de se rassembler autour de la passion de la danse, d’échanger de partenaires au rythme du blues et du jazz ou encore d’essayer de nouveaux moves appris lors des cours donnés dans les différentes écoles de la Capitale.

Cet écosystème a été réduit à néant par les mesures restrictives de la santé publique dans la gestion de la crise pandémique. Si les bars peuvent maintenant ouvrir leur portes, il est maintenant clair que les planchers de danse resteront condamnés jusqu’à une date indéfinie. Ce casse-tête a de quoi donner bien des maux de tête à Lionel Mauvais, propriétaire des Salons d’Edgar et directeur de l’école de danse Port-O-Swing.

Comment peut-on coordonner les activités d’une école de danse, dans un monde où les rapprochements sont temporairement prohibés? Devra-t-on apprendre à danser en solo? Peut-on espérer danser collés-collés à l’automne? Lionel nous éclaire sur son analyse de la situation.


Entrevue avec Lionel Mauvais :


Les défis solo :