fbpx
Blogues

Le Sprint poétique du 19 avril 2021

par Jessica Dufour, le 19 avril 2021 | Sprint poétique

Émission 21 – Micro ouvert

Né à Victoriaville, Danny Boisvert découvre la grandeur des mots dans une maison des jeunes. Pendant son adolescence, il compose des chansons pour mettre de l’avant sa poésie, mais réalise qu’il a davantage de talent pour écrire que pour chanter. Il publie quelques recueils de poème à compte d’auteur, en 2005 il dirige une anthologie sur l’enfance, préfacée par Céline Dion, au profit de la fibrose kystique. Depuis qu’il vit à Québec, il se manifeste à quelques micro-ouverts et a participé pendant deux ans au Cercle des auteurs de la relève de la Maison de la littérature. Il qualifie sa poésie comme deux bras ouverts où l’on souhaite se blottir.

Laurence Bertrand a publié aux revues Le Crachoir de Flaubert, Impact Campus, Main Blanche, Le Sabord et Saturne. Elle a remporté la Bourse Hector-De Saint-Denys-Garneau, la mention du Prix Piché de Poésie, le Prix Jean-Lafrenière-Zénob et le prix « Écrire la communauté » de la Maison de la littérature.

Francis Paradis, tout simplement.

Frédérik Berthiaume est un ingénieur physicien romantique s’adonnant à l’impro saxophonique et poétique. Il aime aussi coudre et fabrique actuellement son deuxième roman artisanal. Pour le joindre, il faut opter pour la correspondance courriel ou manuscrite, ou encore se promener entre la Haute-ville et la Basse-ville.

Quelqu’un a déjà dit que Dieu n’a pas fait don à l’écrivain du talent de bien écrire mais bien de celui d’avoir une mauvaise vie. Darko en est un parfait exemple. Il a mis sa tête dans l’égoût pour vous en décrire l’odeur, la main sur le rond du poêle pour en comprendre la brûlure et est allé vous chercher du poulet frit en enfer avec un t-shirt imbibé de gasoline. Éternel adolescent de 43 ans, il ne fait pas son âge. Son secret pour rester jeune? Boire trop, prendre beaucoup de drogues dures, fumer, aller en prison, puis en thérapie, dormir sur des bancs de parc, mais garder toujours son émerveillement, son regard d’enfant. Voir la lumière dans l’obscurité, le beau dans la laideur, la poésie dans le trash, bref faire du sucre avec ses vidanges, c’est ce qu’il a trouvé de mieux pour racheter son âme, vendue jadis sur un coin de rue du centre-ville.

Lydia Barnabé-Roy est originaire du Bas-St-Laurent et s’est téléportée à Québec afin d’y poursuivre des études en littérature. Depuis sa jeunesse, la création l’habite, mais surtout, elle carbure à la poésie. Elle axe surtout sa pratique sur la quête de soi, la croissance ainsi que l’anxiété ; thème central du recueil sur lequel elle travaille actuellement.

Originaire du vingtième siècle, Avril Ste-Mars est une passante urbaine et littéraire, membre du collectif RAMEN depuis 2020. Diplômée en sciences humaines, elle poursuit jusqu’à ce jour son étude de La Condition, faisant aussi appel aux rudiments des sciences fictions pour atteindre une approche mini-disciplinaire. Puisant dans une diversité de sources secondaires, autant de spécimens sous vers, elle s’occupe entre-temps à rassembler une collection de babioles et autres curiosités.

Stéphanie Pé est née, a grandi et appris à lire et écrire. Donc elle lit et écrit. Pour son propre plaisir, par habitude et nécessité. Sans prétention de talent.

Sarah-Jane Ouellet écrit poésie, nouvelle et essai. Membre du collectif RAMEN et du collectif Les Bourrasques, elle évolue dans le milieu artistique de Québec à travers la performance, la fabrication de fanzine et la collaboration interdisciplinaire. Depuis peu, Sarah-Jane explore et tente d’apprivoiser les arts visuels. Elle prend son temps.

Geneviève Dufour est une fervente adepte de lilas, du parc à chiens et du Bas-Saint-Laurent. Elle aime mouvoir son corps au bord des cours d’eau et boire des bières québécoises en bonne compagnie. Depuis qu’elle arbore enfin le rôle de poète, Geneviève porte de drôles de chapeaux tels que ceux d’interprète, de directrice littéraire et d’organisatrice d’événements. Ses textes ont été publiés dans les revues Saturne, Cavale, Zeugme et Le Crachoir de Flaubert. Voici donc Geneviève Dufour avec son poème La poussière est gorgée de poèmes.

Crédit photo: Jessica Dufour

Playlist de l’animatrice, Jessica Dufour

Actualité littéraire

#Napomo

Colloque international « Création et complicité »

La Journée du poème à porter de La poésie partout